Accueil > L’association > Vie de l’association > Le dossier de presse de la conférence de Monaco

Le dossier de presse de la conférence de Monaco

mardi 29 novembre 2016 - Rédaction SNP

2nde REUNION RIVIERA GARDENS
MONACO 9 DECEMBRE
14h / Auditorium Rainier III


DOSSIER DE PRESSE
La Principauté de Monaco vient de confirmer son invitation pour accueillir une nouvelle réunion des principaux jardins botaniques de la Côte d’Azur (France, Italie et Principauté). Cette initiative vise à mettre en évidence la dimension patrimoniale de leurs collections de palmiers. Il s’agit en effet de l’histoire de l’acclimatation, qui remonte dans ces régions à la fin du moyen-âge et a donné lieu à des paysages emblématiques. Les jardins souhaitent se positionner à cette occasion comme des acteurs centraux, jusqu’à présent oubliés, dans les stratégies de lutte en cours contre les ravageurs des palmiers. La réunion de Monaco verra le compte-rendu de la lutte en cours. Elle est par ailleurs largement ouverte aux acteurs du secteur, notamment les Services Espaces Verts et les jardiniers paysagistes.

LES JARDINS BOTANIQUES PRESENTS
ITALY
* Giardini Hanbury (Ventimiglia-Un. di Genova)
*Giardino Sperimentale Phoenix (Bordighera –Phoenix Project)
FRANCE
* Porquerolles et Port-Cros (Hyères-Parc National)
* Val Rahmeh (Menton-Museum National Histoire Naturelle)
* Villa Caryota (Frejus-Société Palmophile de France)
* Villa Thuret (Antibes-Institut National Recherche Agronomique)

LES ASSOCIATIONS PARTENAIRES
* Fous de palmiers (FDP)
* Sauvons nos palmiers (SNP)

DEUX CONFERENCES SUR LES RECHERCHES EN COURS

*LE PROBLEME DU PAYSANDISIA ARCHON
CONFERENCE DE ELISABETH TABONE (INRA-ANTIBES) : « BIOCONTROLE DE PAYSANDISIA ARCHON : RECHERCHES EN COURS »
Les traitements phytosanitaires ont montré leurs limites avec les ravageurs des palmiers. La lutte Bio recèle un énorme potentiel qui sera abordé à Monaco au sujet du Paysandisia archon. Ce papillon importé d’Argentine a ravagé les plantations de Trachycharpus de la région Languedoc Roussillon et s’est largement installé depuis sur les populations de Chamaerops humilis de la Riviera. Ce ravageur s’attaque à une grande diversité de palmiers, lesquels pourraient dès lors devenir la cible du charançon rouge.

*LA DETECTION PRECOCE DES INFESTATIONS
CONFERENCE DE YEHONATAN BEN HAMOZEG (Agrint Sensing Solutions ISRAEL) : « REPERAGE PRECOCE DES PALMIERS INFESTES PAR DETECTION SISMIQUE »
L’infestation est déjà bien avancée lorsqu’apparaissent les premiers symptômes d’attaque. Ce retard dans la détection compromet souvent la possibilité d’intervenir sur la palmier infesté. Il manque à ce jour un outil de détection précoce qui permettrait de mieux cibler et d’améliorer les traitements : la détection sismique s’est fixé cet objectif. Elle permettrait de mettre en place localement une structure d’intervention rapide et efficace suite à une alerte.
*En ce qui concerne l’efficacité, il s’agit de la technique d’assainissement qui nécessite d’être amélioré.
*Auprès des collectivités : il s’agit des problèmes de sécurité que va bientôt poser le risque de chutes des palmiers dattiers.

LES AUTRES THEMES ABORDES

*LE PIEGEAGE DES RAVAGEURS
Oublié des stratégies de lutte en Europe, le sujet avait été particulièrement évoqué par Victoria SOROKES lors de sa conférence de l’an dernier à Monaco sur la lutte en Israel et au moyen-orient. 4 jardins botaniques ont désormais mis en place une stratégie de piégeage, soit à ce jour : Porquerolles, Thuret, Val Rahmeh & Les Cèdres. Le piégeage fait l’objet de protocoles rigoureux, destinés à évaluer l’efficacité des pièges en fonction de leur nombre, des attractifs utilisés et de leur impact sélectif sur l’environnement. Il faut en effet éviter de capturer d’autres insectes utiles. Les jardins concernés présenteront leurs protocoles et les résultats obtenus.

*LE RISQUE DE CHUTES DE PALMIERS
La fin de l’année 2016 a vu une importante série de chutes de palmiers dattiers sur la voie publique dans diverses communes de la Riviera franco-italienne, avec 11 évènements recensés en 3 mois, soit une moyenne d’une chute par semaine. La possibilité d’éviter ou de limiter les dommages repose avant tout, dans le cas de ce palmier (outre les traitements préventifs), sur une détection précoce des spécimens infestés. 2 jardins botaniques sont particulièrement concernés : Bordighera et Hyères, qui comptent d’importantes collections de dattiers. Ils rendront compte de leurs observations de terrain et de l’harmonisation en cours de leurs protocoles.

Derniers articles

25 février, par CASTELLANA Robert, Rédaction SNP

Le péril jaune....

Après le charançon rouge (importé d’Asie) et le papillon palmivore (venu d’Amérique latine), voici le "ravageur jaune" en provenance d’Afrique. Il s’agit de la bactérie Candidatus Phytoplasma palmae (en anglais : lethal yellowing of (...)

19 février, par Rédaction SNP

Le plan Ecophyto 2 « + »

TVA Agri met la pression à la veille du salon de l’agriculture et dans la perspective du nouveau plan Eco-Phyto qui serait publié fin mars.
FNSEA rappelle que l’Inra estime au minimum à une demi douzaine d’années (...)

19 février, par Rédaction SNP

Une thèse plein cadre

Une thèse plein cadre
https://rua.ua.es/dspace/bitstream/10045/73611/1/tesis_johari_bin_jalinas.pdf

Edito

Edito de janvier 2018

5 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ce mois de janvier a été marqué par deux manifestations :
* En région PACA le débriefing de la politique environnement. Le palmier s’en sort plus qu’honorablement puisqu’il fait partie des quatre exposés présentés. Celui de la cheffe de service du département environnement & biodiversité ( qui nous a rassuré sur le maintien en 2018 de l’enveloppe de financement) et celui du directeur du Parc (...)