Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Le CRP en Mauritanie - État d’urgence

Le CRP en Mauritanie - État d’urgence

dimanche 10 janvier 2016 - Rédaction SNP

Source site francophone mauritanien FINALITE

 10 janvier 2016


Le charançon rouge du palmier est une espèce destructrice pour les palmiers.

Le wali du Tagant M. Sidi Moloud Ould Brahim a présidé samedi soir une réunion en présence des autorités administratives et sécuritaires ainsi que de techniciens du ministère de l’agriculture et un certain nombre de propriétaires fonciers.

Cette réunion intervient après l’apparition dans les palmeraies de la ville de cas de Charançon rouge (de son nom scientifique : rhynchophorus ferrugineus Phénicie que). Il s’agit de sensibiliser l’assistance contre cette maladie phénicicole et de prendre les mesures pour isoler chaque cas dès qu’il apparaît. Le wali a indiqué que les autorités administratives vont interdire le transport des palmiers et leur réimplantation dans un autre endroit ainsi que leur importation de l’extérieur de la wilaya pour éviter toute contamination. Il a appelé tous les acteurs du secteur, en particulier les propriétaires phoenicicoles, à faire preuve de vigilance et à contacter les autorités chaque fois qu’un nouveau cas est signalé. Les experts du ministère de l’agriculture ont exposé, quant à eux, les causes et manifestations de ce fléau soulignant sa gravité et notant qu’il était jusque là inconnu de la région et que son existence est due à l’importation de palmiers de l’étranger. Les intervenants ont salué la prompte réaction avec cette situation exprimant leur disponibilité d’oeuvrer, de concert avec les pouvoirs publics, pour éradiquer ce fléau. Le wali avait supervisé hier une opération d’incinération de certains palmiers atteints par cette maladie.

Commentaires SNP :

D’abord merci à ce site francophone de nous permettre de diffuser rapidement l’information. Sur la photo, une attaque massive en pied de stipe caractéristique de la pathologie du palmier dattier.

Le Wali en dehors de l’incinération des parties infectées ne dit pas grand-chose de la manière dont il va s’y prendre. Nous n’avons aucune solution miracle à lui proposer puisque nous n’avons pas réussi nous-mêmes pour l’instant à nous en débarrasser, tout au plus pourrions-nous lui dire.

* Nématodes et champignons hors sujet compte tenu du climat
* Attention aux insecticides, n’utilisez que ceux qui sont autorisés en Europe. Faites des formations du type certiphyto pour protéger la santé des exploitants et les consommateurs. Surveillez particulièrement les résidus c’est une difficulté supplémentaire par rapport aux pays qui n’ont que des palmiers d’ornement.
* Faites du piégeage massif pour faire chuter les populations, la France est leader dans le domaine des phéromones.
* Essayer de réintroduire des faucons chicqueras prédateurs de CRP mais qui ne sont présents qu’au sud du sahara.
* Regardez comment s’organise la lutte dans tous les pays concernés.
* Tentez votre chance auprès de la FAO en demandant la mise en place d’une mission d’étude pour sauver l’économie phénicicole de votre pays et de tous ses voisins par la mise sur pied d’un programme de lutte autocide contre le CRP, identique dans son principe à celui qui a triomphé de la mouche lucilie bouchère en Lybie dans les années 90. L’apparition depuis de toutes les technologies autour des OGM qui ont permis par ailleurs à la société anglaise Oxitec d’obtenir des succès spectaculaires contre le moustique de la dengue au Brésil, devrait encore faciliter la tâche.
* enfin surtout adhérez et faites adhérer à "Sauvons Nos Palmiers". Nous vous abonnons d’ores et déjà de notre News Letter .

Conclusion : l’affaire est extrêmement sérieuse et les pays du Nord devraient aussi se pencher de toute urgence sur ces problèmes qui ignorent les frontières.

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)