Accueil > COPIL , CROPSAV.... COLLOQUES FAO CIHEAM UNESCO > le CROPSAV Occitanie

le CROPSAV Occitanie

samedi 10 février 2018 - Rédaction SNP

L’intérêt que SNP porte à cette région gigantesque ( 14 départements ) remonte à l’élection de la présidente Carole Delga qui nous avait assuré de l’attention qu’elle porterait à la défense du patrimoine palmiers occitan. La tâche immense qu’a représenté la création de cette nouvelle région, les regroupements intervenus dans les directions régionales de l’agriculture et de l’alimentation, la restructuration des FREDON autant d’étapes intermédiaires avant d’intégrer tous les problèmes de la protection végétale et en particulier le sort des palmiers.

Ce premier CROPSAV suite à la réorganisation des DRAAF et FREDON s’est tenu du 6 décembre à Carcassonne. SNP était invitée. La proximité de notre colloque de Monaco ne nous a pas permis d’y assister mais nos amis des Fous de palmiers étaient bien présents. Le CR vient d’être publié. Il est fort bien fait.

http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Reunions-du-CROPSAV-Occitanie-le

Le projet d’arrêté et la présentation générale n’apportent rien de vraiment nouveau, par contre on pointera dans le relevé de décisions les points suivants :

Pascal Augier, le DRAAF Occitanie constate dans la mise en place de la "nouvelle gouvernance" sanitaire régionale, d’inquiétants retards. Pour la nouvelle FREDON la tache est importante, réactivation de 7 fédérations, participation mise en place de l’ARS.....

Catherine Pavé responsable du SRAL demande aux professionnels de ne pas attendre les réunions biannuelles du CROPSAV pour faire part des difficultés rencontrées et les engage donc à la saisir directement en tant que de besoin.

L’exposé des échanges est aussi très intéressant. Trois problèmes se dégagent l’information des particuliers et des collectivités qui peut-être sensiblement améliorée, la connaissance les différents traitements possibles, la gestion des déchets visiblement très mal réglée.
 

Conclusion du CROPSAV : avis favorable au projet d’arrêté préfectoral régional relatif au charançon rouge du palmier. Le président s’engage à ce que soit mise en place une communication renforcée, en particulier l’affichage en mairie de l’arrêté préfectoral devant être complété d’un affichage d’informations plus pédagogiques sur le sujet. Un groupe de réflexion interrégional avec PACA va être mis en place.
 

Ce que nous retenons à SNP

Le CROPSAV Occitanie considérant que les problèmes sont exactement les mêmes d’une région à l’autre, exprime le désir tout à fait pertinent de la mise en place un groupe de réflexion commun avec la région PACA. A SNP nous y sommes évidemment totalement favorables et souhaiterions en faire partie car nous avons pratiqué depuis trois ans le COPIL PACA CRP et nous en savons les points positifs et aussi négatifs. Pour nous faire mieux connaître des différents participants nous leur adresserons notre prochaine news letter alors leur proposant de s’y abonner.... gratuitement.

 

Derniers articles

25 février, par Rédaction SNP

L’impossible "en même temps......"

Ce n’est pas sans amertume que nous lisons cette dépêche en anglais (tiens pourquoi) qui nous informe des "regrets" du directeur général de l’ANSES du retrait de l’imidaclopride "an effective product to combat the red palm (...)

23 février, par Rédaction SNP

Créations paysagères en Côte d’Azur

Nul doute que le palmier restera l’honneur....
Le Festival des Jardins aura lieu du samedi 27 mars au dimanche 28 avril 2021. Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes lance un concours de créations paysagères sur le thème (...)

Edito

Edito de janvier 2020

21 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Il faut l’admettre, nous sommes à la peine et avons énormément de difficultés à mobiliser les collectivités locales de PACA et d’Occitanie pour prendre leur destin palmier en main. En dehors de la prestigieuse exception de Cannes avec laquelle nous collaborons à préparer , pour le 30 avril 2020, un formidable colloque, nous constatons une sorte de démission collective. Mais on a pas dit notre (...)