Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > le Confidor est mort, vive le ????

le Confidor est mort, vive le ????

dimanche 2 septembre 2018 - Rédaction SNP

 Hier, date du retrait définitif de cet insecticide, depuis des années l’objet d’une contestation grandissante qui a progressivement échappé à la communauté scientifique pour devenir un combat binaire entre le bien et le mal. Peu importe que :

- l’accusation de tueur d’abeilles soit elle-même contestée, 

- l’apiculture française pour parler franc se résume en gros à un commerce d’importation de miel turc,

- nous soyons, les premiers avertis pour nous en protéger, de la dangerosité de ce produit,

- le seul à avoir une efficacité 100 % contre le CRP avec une excellente rémanence, 

son retrait était devenu un acte politique militant ( scénario identique avec le glyphosate).

Contre ce tsunami médiatique, le gouvernement oubliant que la loi biodiversité avait bien prévu des dérogations temporaires en l’absence de solutions alternatives a mis dans la poubelle de la rue de Vaugirard notre demande de dérogation au titre de l’article L 253-8-II du code rural. ( voir portfolio).

S’agissant d’un insecte en lutte obligatoire un juriste chagrin y trouverait sans doute matière à exercer ses compétences. Jugez en...

Le ministère nous laisse donc, sans aucun produit en curatif, avec une seule stratégie en préventif au bénéfice exclusif d’une multinationale !! stratégie phyto, extrêmement invasive réputée invalidante au-delà de trois saisons. Pour une AMM de 2014 !

 Une défense argant de la délivrance de 2 AMM dont une provisoire, au profit d’une stratégie dite bio basée sur le champignon BB ne serait pas convaincante. La non actualisation de l’arrêté du 21 juillet 2010 s’explique évidemment par l’impossibilité d’en faire une stratégie autonome.

 En effet ces nouveaux produits demandent des retours d’expérience solidement documentés. Par ailleurs là où il est utilisé ce traitement est toujours couplé avec un insecticide phytosanitaire néo-nicotinoïdes dont nous ne disposons plus.

 Alors, ou sont les solutions alternatives solides ? dans les bureaux du ministère de l’environnement en attente de Dany ? Où sont les études de l’INRA sur les capacités du BT, du Spinosad, du lambda-cyhalothrin, sur les répulsifs issus de substances naturelles ? Pourquoi le ministère nous empêche-t-il de procéder au piégeage massif ? qui lorsqu’il a été pratiqué de fait, a donné des résultats spectaculaires. Pourquoi la région PACA ne consacre quasiment aucun effort au financement de la recherche se contentant d’imprimer des flyers et en général de financer des dépenses de fonctionnement dédiées de quelques collectivités ...!!

Derniers articles

19 octobre, par Rédaction SNP

Ce que d’autres régions sont capables de faire

Nous avons voulu vous parler de cet exemple de coup de pouce de la région Occitanie à ses producteurs de noisette pour des recherches conduites pour l’INRA par Rachid Hamidi concernant la protection des noisettes contre (...)

17 octobre, par Rédaction SNP

BARI c’est parti...

Le programme ( traduit) CRP / RPW Session 1.1 : Etat des lieux de l’invasion du RPW (situation mondiale) Session 1.2 : Impact environnemental et socio-économique des invasions du RPW Session 1.3 : Activités actueles et (...)

17 octobre, par Rédaction SNP

Un inventaire pas forcément rassurant...

L’éditeur égyptien HINDAWI nous livre un article bref qui attire l’attention sur le constat que les solutions naturelles sont pas toutes sans danger. Faut-il pour autant s’en désintéresser ? au contraire puisque la France (...)

Edito

Edito de septembre 2018

14 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avions prévu de terminer ce mois de septembre par une réunion de professionnels et de collectivités pour faire un point complet réglementaire et technique sur les ravageurs de palmiers. Les gendarmes du golf hôtel à Hyères avaient accepté de nous recevoir car ils sont très investis dans la défense de leur patrimoine palmiers et ils accueillent depuis des années les formations Art. 15 de la chambre (...)