Accueil > Documentation > Sciences, finances participatives, Récompenses > Le cinquantenaire de l’AFIS

Le cinquantenaire de l’AFIS

lundi 3 décembre 2018 - Rédaction SNP

 Cette association de scientifiques fait donc depuis 50 ans, un travail remarquable pour permettre à la société civile de se défendre contre les charlatans et les idéologues surtout, qui polluent la connaissance scientifique avec l’appui d’une majorité des médias abonnés au sensationnel et à l’émotionnel pour défendre leur tirage et donc leur survie !

 Elle nous évite d’être les victimes permanentes de toutes les manipulations. Un abonnement annuel à la revue ferait un très beau cadeau de fin d’année......

 

L’Association française pour l’information scientifique (AFIS, créée en 1968) a pour but de promouvoir la science contre ceux qui la détournent à des fins lucratives ou idéologiques, ou usent de son nom pour couvrir des entreprises charlatanesques. Elle apporte un éclairage sur des sujets de société qui sont traités de manière pseudo-scientifique et font l’objet de désinformation ou polémiques, notamment autour de la santé, des nouvelles technologies et de l’environnement.

L’AFIS est indépendante de tout groupe de pression et s’interdit toute concession au sensationnalisme, et toute complaisance envers l’irrationnel.

 

https://www.pseudo-sciences.org/

Derniers articles

21 février, par Rédaction SNP

Des graines de palmiers de 2000 ans

Avec l’accord de SCIENCE & AVENIR nous publions partiellement ce très intéressant article sur la découverte des chercheurs israéliens, ce qui nous donne envie d’en savoir plus (...)

Edito

Edito de janvier 2020

21 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Il faut l’admettre, nous sommes à la peine et avons énormément de difficultés à mobiliser les collectivités locales de PACA et d’Occitanie pour prendre leur destin palmier en main. En dehors de la prestigieuse exception de Cannes avec laquelle nous collaborons à préparer , pour le 30 avril 2020, un formidable colloque, nous constatons une sorte de démission collective. Mais on a pas dit notre (...)