Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Le céréal killer ....de Cannes

Le céréal killer ....de Cannes

samedi 27 mai 2017 - Rédaction SNP

Tant que l’attaque reste à 10 000 M d’altitude au niveau de l’AFP, les villes concernées font mine de pas s’inquiéter !!!

Xavier Péraldi (EV Cannes) l’homme aux lunettes roses.!! .... la situation à Cannes et Nice est catastrophique. La faute à un parti pris de lutte uniquement biologique même pas respectueux de l’arrêté de lutte de 2010. Le résultat est sous vos yeux. Ça commence à en énerver certains ....cf cet avocat luxembourgeois qui a déjà enrolé une plainte pénale au proc de Nice et ça terminera par une gigantesque Class Action..... vous verrez !

 

Des palmiers devant le Palais des Festivals, le 15 mai 2017 à Cannes-AFP SCIENCES ET AVENIR /ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

(partiel)

C’est un film noir dont le Festival de Cannes se passerait volontiers. Dans le costume du tueur, le charançon rouge qui défigure les paysages du pourtour méditerranéen. Sa victime de prédilection : le palmier, et ceux de la Croisette n’y échappent pas.

Ce serial killer, arrivé clandestinement sur la Côte d’Azur dans des cargaisons de spécimens d’ornement importés à bas prix d’Egypte, a obligé la mairie à abattre un nombre croissant de palmiers municipaux : 43 l’an dernier, contre 13 en 2015 et quatre ou cinq en 2013 et 2014.

"Ce n’est pas encore dramatique mais ça peut le devenir. Il y a une accélération de la contamination, toute prolifération d’insecte est exponentielle", indique à l’AFP Xavier Peraldi, directeur des espaces verts.

Des yeux noirs, un dos brun rouge, 3 cm de long : le charançon est facile à reconnaître. Mais ce sont ses larves, grosses comme le pouce, qui creusent des galeries et finissent par tuer le palmier si l’infestation n’est pas détectée à temps.

Comparé à Nice ou à des stations balnéaires comme Hyères —surnommée par dérision "hier les palmiers" car elle en a perdu des milliers—, Cannes semble moins souffrir.

"Nous n’avons que 450 palmiers des Canaries (le plus comestible pour le charançon, ndlr) sur 5.000 spécimens. Les attaques sont donc moins visibles. Mais cette année, nous avons eu un palmier dattier attaqué pour la première fois", poursuit M. Peraldi.

Cannes se contente pour l’instant de traitements bio, estimant que "c’est efficace". "Mais il y a encore beaucoup de particuliers qui ne font pas le nécessaire car ce sont des résidences secondaires et ils ne sont pas là, ou parce que c’est cher", dit-il.

 d’Azur, ils figurent depuis la Belle Epoque sur les affiches vantant la destination et sur un blason qui a inspiré les trophées en forme de palme remis à la fin du festival.

..........

..

Derniers articles

22 mai, par Rédaction SNP

Tunisie : CRP dans la palmeraie ?

https://www.tunisienumerique.com/tunisie-les-palmiers-dattiers-de-kebili-risquent-detre-decimes-par-le-charancon-rouge
Attendons des précisions et probable confirmation. Il faudrait lancer une grande opération TIS . (...)

20 mai, par Rédaction SNP

Prix Lions Club 2019 de l’innovation environnementale

Communiqué de M2 I life Science (Philippe Guerret President chez M2I Life Sciences)
"Très fier de notre partenaire la société Bioassays France qui a reçu le samedi 18 mai en la présence de monsieur Lionnel Luca Vice Président (...)

19 mai, par Rédaction SNP

FR 2 JT 13 h 17/05/19 (sujet n°10)

http://screencast-o-matic.com/watch/cqhqo0ThRR
Deux thèmes abordés :
1/ Utilisation de drones : vieille revendication de l’applicateur attitré qui l’a donc utilisé depuis deux ans dans le cadre d’une expérimentation. (...)

Edito

Edito d’avril 2019

8 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le charançon rouge va bientôt prendre son envol et le papillon dans quelques jours aussi : quel cadre légal pour en contrôler l’expansion ? Nous sommes dans l’attente du nouvel arrêté de lutte qui nous l’espérons ardemment visera aussi le papillon. Les associations propriétaires, les collectivités locales, les FREDON ont été invitées à donner leur avis sur un projet. Le projet définitif devant (...)