Accueil > Revue De Presse > Le "barbier" Syngenta ... surpris ?

Le "barbier" Syngenta ... surpris ?

vendredi 29 juillet 2016 - Rédaction SNP

 Quelques heures à peine après notre post http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1527

SYNGENTA rase "presque" gratis....

la Mairie s’empresse *de faire publier ce communiqué ( portofolio). Au-delà de l’annonce d’un report de mise en application au 1er mars 2017 qui doit bien avoir quelques raisons budgétaires, cette publication coupe court à toute contestation sur le contenu de l’accord. On ne peut pas être plus clair le nouveau tarif représente une baisse de plus de 70 % du barème normal ( 72 € TTC/ 258 € TTC) on comprend bien qu’il ne fallait pas laisser échapper une telle mansuétude ce qui a naturellement enchanté les acteurs locaux qui emportés par leur élan en auraient volontiers demandé plus !

 Y aurait-il quelque contrepartie à un tel effort de la firme ? Le volume de palmiers publics traité à peu près double de l’année précédente (1000/400) donc un budget # identique puisque le prix a été divisé par plus de deux. En terme de chiffres d’affaires pour la firme progression zéro. Syngenta promet le même tarif à tous les hyérois. Après quelle contrepartie : à peu près rien. Le communiqué se contente d’évoquer une campagne de sensibilisation comme toutes les communes en effectuent régulièrement depuis l’arrivée ce ravageur. Par ailleurs la ville se doit, faute d’être accusée de faire de la publicité pour une firme privée mais plus gravement pour un produit phytosanitaire ce qui est interdit par la loi, de respecter une neutralité entre les trois stratégies proposées par l’arrêté du 21 avril 2010.

 En réalité le Maire Jean-Pierre Giran, qui semble-t-il a agi seul, met ses confrères du Var et des autres départements dans une situation intenable . En effet la firme conditionne de fait, cette baisse drastique de tarif à la décision de la collectivité de bannir le recours aux autres stratégies. Ainsi un Maire qui retiendrait pour tout ou partie, une autre stratégie que la trois ( c’est le cas de la quasi-totalité des communes Alpes-Maritimes) condamnerait-il ses concitoyens à payer 258 € ce que leurs voisins hyérois payeront 72 € ?

 Par courrier prochain, nous allons interpeller conjointement vraisemblablement avec d’autres organisations, Monsieur le Préfet de Région en qualité de tuteur du comité régional de pilotage du CRP sur cette situation insolite qui ne peut pas selon nous, perdurer. Il faut maintenant porter le barème général à ce niveau de 72 € étiage choisi par la firme et nous espérons même que SYNGENTA poursuivra sa politique de collaboration avec notre association en consentant à nos adhérents un barème préférentiel ( carte premium).

*Précisions concernant la lutte contre le charançon du Tweet de https://twitter.com/villedhyeres/status/759031600407465985?refsrc=email&s=11

Portfolio

Derniers articles

17 juillet, par Rédaction SNP

Actualité juridique du développement durable

La législation française " ambitionne" de favoriser le développement des produits du bio contrôle. Mais au-delà des intentions quid de l’efficacité et la rapidité dans les procédures. 14 projets pour 2 M€ c’est notoirement (...)

15 juillet, par Rédaction SNP

La Sénatrice Jacky DEROMEDI (suite)

La sénatrice nous adresse copie de la lettre reçue du ministre Didier Guillaume. Il faut d’emblée nous féliciter de l’intérêt porté à cette question à ce niveau de responsabilité.
On aurait aimé que le texte lui-même soit (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

Cropsav occitanie , état des lieux CRP

Charançon rouge du palmier - Etat des lieux et avenir de la lutte en Occitanie (CROPSAV Occitanie du 22/05/2019))
Les récentes modifications de la réglementation européenne vis à vis de la lutte contre le charançon rouge du (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)