Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > La trahison européenne !

La trahison européenne !

vendredi 23 mars 2018 - Rédaction SNP

 Ainsi donc comme nous l’annoncions le 6 juillet 2007,

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/ce-crp-renoncement-a-la-lutte-obligatoire.html

la Commission met aujourd’hui à exécution sa volonté de se retirer du dossier du CRP par une DÉCISION D’EXÉCUTION (UE) 2018/490 du 21 mars 2018, abrogeant d’un trait de plume, la décision 2007/365/CE ayant instauré la lutte obligatoire contre le CRP en Europe. 

 En deux phrases 10 ans de travail acharné des services publics, des centres de recherche, des collectivités locales, des propriétaires privés et leurs associations, des firmes sont passées par pertes et profits. 

En dépit des mesures prévues par la décision 2007/365/CE de la Commission visant à éviter l’introduction et la propagation dans l’Union de Rhynchophorus ferrugineus (Olivier), il ressort des enquêtes annuelles réalisées par les États membres conformément à cette décision que l’organisme est désormais répandu dans la plupart des régions de la zone menacée.
En conséquence, il s’avère impossible d’empêcher la poursuite de son introduction et de sa propagation dans la majeure partie du territoire de l’Union.Il convient donc d’abroger la décision 2007/365/CE.

Nous considérons cette décision profondément injuste et injustifiée.

Nous allons dans les jours qui viennent, demander à la DG SANCO par l’entremise de nos députés européens de produire les enquêtes annuelles qui ont conduit à cette décision. Par ailleurs nous allons saisir directement la DGAl pour lui demander les intentions du ministère. Sommes nous contraints de nous aligner sur cette décision ? dans quel délai ? Que signifie cette date du 1er octobre 2018 ? la France a certes mis trois ans pour transposer dans sa réglementation la décision européenne de 2007, mais il est plus facile de casser un vase que de le tourner.....

Les conséquences d’un abandon dans la réglementation française sont littéralement terrifiantes.

Interrogé, le ministère nous informe que droit européen implique que cette décision devrait transcrite en droit français et pour l’instant il affirme que la lutte restera obligatoire en France.

 Plus aucun produit de lutte sauf les nématodes et un traitement peut-être bio qui aurait reçu récemment une AMM. non encore publiée, et donc évidemment aucun historique d’efficacité et qui donnerait à une seule firme 100 % du marché.

Un cadeau énorme aux fabricants tronçonneuses, un boulevard pour le charançon rouge qui va s’attaquer à toute une série d’autres végétaux.... et pendant ce temps là on nous refuse le piégeage de masse, si répandu en arboriculture, avec des arguments européens.

Il nous faudra un jour écrire l’histoire de cette bataille perdue sans combattre. Le livre noir du charançon rouge !

 

Mesures d’urgence destinées à éviter l’introduction et la propagation dans la Communauté de Rhynchophorus ferrugineus (Olivier)
https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018D0490&qid=1521793833098&from=FR

Exigences auxquelles les matériels de multiplication de certains genres ou espèces de Palmae doivent satisfaire en ce qui concerne Rhynchophorus ferrugineus (Olivier)
https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=OJ:L:2018:081:FULL&from=FR

Derniers articles

21 juin, par Rédaction SNP

Le Beauveria Bassiana..... une trés vieille affaire

Vous avez bien lu ........ une préconisation d’une société savante en 1906 !!! ça fait un peu sourire quand au le 19-20 de FR3 vous présente un nouveau traitement révolutionnaire. Cette fameuse muscardine corrompt les larves ou (...)

20 juin, par Rédaction SNP

Le communiqué de presse M2 ILS

M2 I LS publie un communiqué de presse de victoire ils ont 100 fois raison..... le ministère a parfaitement compris qu’il fallait trouver quelques accommodements provisoires avec la réglementation pour autoriser les (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)