Accueil > Documentation > Lutte autocide > La technologie du papillon stérile

La technologie du papillon stérile

mardi 23 février 2016 - Rédaction SNP

 L’actualité documentaire c’est comme l’amour ça ne se commande pas .....

ainsi au lendemain d’un post sur la lutte autocide nous découvrons cette news d’origine IAPPS.

Deux succès exceptionnels aux USA, basés sur des lâchers massifs de mâles rendus infertiles. Pour les producteurs de coton un succès total contre le ver rose. Des lâchers aériens, aujourd’hui par drones, dans une proportion de 25 pour 1. C’est tout de même mieux que du DTT et c’est même plus économique. Les producteurs de pistaches décimés par un ver orange vont faire exactement de même. 

Cette lutte est parfaitement biologique. Les mâles infertiles sont inoffensifs et disparaissent en quelques heures. Une fois encore la même question : pourquoi cette méthode n’a t-elle jamais été envisagée pour le charançon ou pour le papillon palmivore ?

Derniers articles

15 août, par Rédaction SNP

Missions ANSES /Végétaux

Pas inutile, de prendre conscience de l’ampleur des missions de l’ANSES sur l’ensemble des problèmes de protection des végétaux.
Pour autant, et c’est la contrepartie de son autorité, l’agence doit sans doute être, encore plus (...)

12 août, par Rédaction SNP

Le Monde Mag : à côté de la plaque ?

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/la-gloire-fletrie-du-palmier.html
Le 16 août 2015 Rémi Barroux grand reporter au Monde, après avoir fait le voyage à la Mecque d’Elché, interrogé les sachants du dossier ( nous avons été (...)

Edito

Edito de juin 2019

28 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ce mois a été celui de la publication du nouvel arrêté de lutte contre le CRP. Alors que cet été est celui de la dévastation de nos peuplements Chamaerops ( voir notre papier "nos Chamaerops meurent en silence...."), aucune ligne sur le Paysandisia, lancinante revendication !
Ce n’est pas malheureusement pas le plus important. Ce texte aussi court que d’interprétation délicate se contente de faire une (...)