Accueil > Documentation > Les bactéries > La symbiose entre nématodes et bacteries

La symbiose entre nématodes et bacteries

mercredi 20 décembre 2017 - Rédaction SNP

Nous voudrions attirer votre attention sur cette très intéressantes revue INSECTES conduite par l’association OPIE office pour les insectes et leur environnement qui a des associations régionales actives prouvant ainsi sa forte implantation sur le terrain. Avec l’accord de la rédaction et des auteurs nous publions ici un article qui concerne le Steinernema. 

Pierre-Olivier Maquart que nous avions interrogé sur les perspectives de la recherche "Votre article intéresserait nombre de nos adhérents car il décrit très bien le mode d’action des nématodes conjuguée à celle des bactéries. Nous connaissons pour les palmiers le Steinernema carpocapsae, malheureusement son efficacité est déclinante, compte tenu du taux d’infestation et si un traitement nématode n’est pas efficace à 100 % quelques heures après d’application des nématodes il n’y a plus aucune protection. question naïve : Steinernema carpocapsae agit-il en symbiose avec Xenorhabdus ? Dans abstract d’une thèse https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01343190/
je crois deviner que cette symbiose n’est pas très virulente mais qu’il y a des recherches pour trouver de nouveaux modèles bactériens. Est-il farfelu d’envisager de créer une association spécifique qui devrait donner de l’efficacité à ce traitement contre nos 2 ravageurs CRP et Paysandisia
 ? Sa réponse : "je dois vous avouer que j’ignorais qu’il pouvait être utilisé contre les larves de charançon du palmier.
Effectivement, Steinernema n’est pas strictement lié à aux Xenorhabdus spp, et d’autres couples symbiotiques peuvent être crées, en particulier pour maximiser la virulence des bactéries associées. Il n’est donc pas farfelu de créer une association spécifique s’attaquant préférentiellement au charançon du palmier.
Pour cela « il suffit » de mettre en présence des Steinernema sans bactéries (par exemple celles présentes à l’intérieur des larves hôtes d’insectes) et de joindre la souche bactérienne ciblé dans la larve d’insecte pour que, lorsque le nématode ingurgitera les bactéries pour partir explorer le sol, il s’apparie avec la nouvelle souche bactérienne.
Cependant cette « erreur » de ré-appariement peut être couteuse pour le nématode, et peut potentiellement le tuer (les toxines produites par les bactéries sont à « spectre large » et s’attaquent un peu à tous les invertébrés), il faut donc faire de nombreux tests, sur de nombreuses souches…
Divers laboratoires en France travaillent sur cette question (dont Montpellier et l’Université de Poitiers). Cependant, je ne sais pas s’ils travaillent sur la lutte contre le charançon du palmier spécifiquement …
Bonne journée,
Cordialement,

-------------------------------
Pierre-Olivier Maquart
Ph.D. Student
University of Stirling, UK.
Mobile : (+44) 7493087381 (Scotland)
http://www.stir.ac.uk/ento-prise/

Derniers articles

15 avril, par Rédaction SNP

MIDI LIBRE... peut mieux faire

Ils risquent par le burnout au Midi-Libre,......... alors que le charançon arrive en force dans la région Occitanie, ce quotidien se contente de jouer les pages jaunes de l’annuaire.
Il est temps que les propriétaires de (...)

13 avril, par Rédaction SNP

Lutte obligatoire’ : CRP, question au Sénat

Très importante question que la sénatrice Jacky Deromedi a posé au ministre de l’agriculture pour demander au gouvernement une réaction à la hauteur de la dramatique situation du patrimoine palmier.
Dans les jours qui (...)

Edito

Edito de mars 2018

15 avril, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
La nouvelle du mois est la publication de la décision de la commission européenne d’abandonner la lutte obligatoire contre le charançon rouge au 1er septembre de cette année....... une énorme faute écologique !
Sur le papier, ç’est mettre à la poubelle toute la réglementation française. Nous avons instantanément sollicité le ministère de l’agriculture (SRAL PACA et DGAL). Silence... la grande muette (...)