Accueil > Documentation > IPM & PLI > La pyramide vertueuse : niveau 4 (colloque FAO de Bari)

La pyramide vertueuse : niveau 4 (colloque FAO de Bari)

samedi 22 décembre 2018 - Rédaction SNP

La lutte chimique a été systématiquement adoptée à titre préventif dans les stratégies européennes, sous deux modalités : l’aspersion de pesticides au niveau de la partie sommitale des palmiers et l’injection de ces mêmes pesticides à l’intérieur du stipe. L’injection est par contre considérée comme curative dans les régions de production dattière. En ce qui concerne le bio contrôle, les recherches en cours sont nombreuses et prometteuses. La riche panoplie offerte par la lutte biologique n’a cependant pas fait l’objet de financements à la hauteur des enjeux. Les stratégies retenues en Europe sont ainsi largement dominées par l’emploi de pesticides connus de longue date pour d’autres usages. Seuls deux produits de lutte biologique sont actuellement commercialisés, les nématodes et les champignons entomopathogènes.

Derniers articles

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

13 mars, par Rédaction SNP

La FAO aux avant-postes

L’agence marocaine de presse MAP ECOLOGY rappelle très utilement l’importance de la lutte contre ce redoutable prédateur du palmier. Elle ne fait pas de commentaire, nous nous sommes permis d’en faire un celui de (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)