Accueil > Documentation > L’endothérapie & Syngenta > La politique et la triche- mise au point de l’uniphor

La politique et la triche- mise au point de l’uniphor

jeudi 29 mars 2012 - Rédaction SNP

CQFD

Union Nationale des Intérêts Professionnels Horticoles
29 C boulevard Edgar Quinet – 75014 PARIS
Tél. : 01 43 21 43 49 – Fax : 01 43 21 49 93 – E-mail : bureau-uniphor@orange.fr
Site : www.uniphor.fr

Jeudi 29 mars 2012

Droit de réponse * Communiqué de presse


           Lutte biologique du charançon rouge du palmier (CRP)



Mardi 27 mars, une réunion concernant la lutte biologique contre le Charançon Rouge du Palmier s’est tenu au Casino de Hyères. Les termes dans lesquels cette réunion a été annoncée par VEGETECH et EUROPE ECOLOGIE, nous ont fortement interpellés. Le combat contre le CRP, sujet technique, semble se politiser.

Beaucoup de bruit pour rien !
Les journaux relatent une altercation entre des membres de l’Uniphor et un représentant d’Europe Ecologie. Celle-ci relève plus du théâtre que de la réalité. L’un des organisateurs de VEGETECH a stoppé le vice-président de la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON), également membre de l’Uniphor, à son entrée dans la salle. L’incident a été crée dans le seul but d’empêcher les représentants professionnels en désaccord avec VEGETECH de participer.
Les documents de présentation du colloque VEGETECH comportent des mentions injurieuses non nominatives vis-à-vis d’élus du département, qui sont très nombreux à avoir œuvré pour la reconnaissance de la technique de l’endothérapie appliquée aux palmiers. Ce dont les professionnels du palmier leur sont très reconnaissants.

Une analyse très partiale
Le département du Var est pilote en terme d’expérimentation de l’endothérapie depuis la publication au J.O. de la note ministérielle l’autorisant. Les professionnels des parcs et jardins, à l’exception des pépiniéristes ont enfin un moyen de lutte contre ce parasite, bien que sa mise en place soit très complexe. 
Nous ne pouvons que regretter que certains n’acceptent pas la différence de pensée. Les professionnels de l’agriculture et de l’horticulture souhaitent tous travailler avec moins de spécialités phytopharmaceutiques. Dans le cas du CRP, malheureusement, nous n’avons aucune autre solution.

Aujourd’hui, la sauvegarde des palmiers passe par l’endothérapie et la recherche bio.
A ce jour, les moyens de lutte biologique ne donnent pas de résultats suffisants, malgré les bons chiffres annoncés. La recherche dans ce domaine doit continuer.
Mais il faut aussi agir maintenant. Nous n’avons plus le luxe de prendre le temps de nouvelles homologations : il faut sauver les palmiers du Var aujourd’hui avec la seule méthode officielle. Sinon, très rapidement, nous n’aurons plus de palmiers.
L’Uniphor demande comme il a été proposé le 13 décembre 2011 au ministère, à l’initiative du député Jean-Pierre Giran accompagné de Josette Pons, que l’endothérapie associée à l’émamectine-benzoate soit élargie à l’ensemble du territoire pour sauver notre patrimoine palmier.

Contacts presse :
Max Bauer - Président de l’Uniphor : 06 83 86 34 96
 Laurent Devaux - Animateur : 01 43 21 43 49 
Bérengère Bosi - Chargée de communication – 06 70 80 99 51
>


Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)