Accueil > COPILS CRP, RÉGIONAUX..FAO > La FAO organise un atelier à Tunis sur la lutte contre les ravageurs

La FAO organise un atelier à Tunis sur la lutte contre les ravageurs

jeudi 15 mars 2018 - Rédaction SNP

Webmanagercenter

Agriculture : La FAO organise un atelier à Tunis sur la lutte contre les ravageurs des cultures
14 mars 2018 Par : Redaction
L’évaluation réelle et participative des capacités phytosanitaires de la Tunisie, l’identification des lacunes et les priorités d’intervention à retenir pour prévenir et lutter contre les différents ravageurs des cultures en Tunisie sont les principaux objectifs du premier atelier d’Evaluation des capacités phytosanitaire” (ECP) qui se tient du 13 au 15 mars 2018 à Tunis.

Selon un communiqué publié, mardi 13 mars à Tunis, par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet régional pour le renforcement des mesures de quarantaine des ravageurs des cultures dans les pays du Maghreb.

A travers ce projet, la FAO consolide un partenariat stratégique entre les ministères de l’agriculture dans les pays de l’Afrique du Nord, l’Union du Maghreb arabe et l’Organisation régionale de la protection des plantes pour le Proche-Orient (NEPPO), afin de renforcer leurs capacités en matière de contrôle et de prévention des risques d’introduction de maladies et de ravageurs des plantes dans ces pays.

Il convient de préciser que plusieurs parties prenantes sont engagées dans cette ECP qui peut durer entre 6 mois et une année.

Michael Hage, Coordinateur de la FAO pour l’Afrique du Nord et représentant de la FAO en Tunisie, a salué, lors de l’ouverture de cet atelier, l’engagement et les efforts déployés par la Tunisie et affirmé que par la conduite de cette ECP, la Tunisie exprime sa volonté de parfaire son système national de prévention et de lutte.

Il a précisé que l’ECP représente un outil confidentiel en mesure de générer des données à la disposition des départements gouvernementaux concernés, afin d’évaluer l’écart de capacités entre la situation actuelle et celle qui sera nécessaire pour répondre aux exigences de la Convention Internationale pour la Protection des Végétaux (CIPV) et ses Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMP).

Aussi, la conduite de l’ECP peut aboutir à la révision de la législation phytosanitaire, si nécessaire. Toutes les données et informations produites restent à la discrétion du pays qui sera à même d’élaborer des plans stratégiques, de hiérarchiser les activités et ressources pour améliorer l’efficience de l’ensemble du système phytosanitaire du pays.

La formulation de ce cadre de planification stratégique rationnelle peut également servir de base pour des dialogues avec les donateurs d’aide au développement et améliorer ainsi l’accès à de potentielles sources de financement, lit-on dans le communiqué.

A l’échelle maghrébine, la FAO souligne œuvrer sur plusieurs fronts pour gérer et prévenir la propagation de différents ravageurs et parasites tels que le criquet pèlerin, le charançon rouge du palmier, la cochenille verte du palmier, la cochenille du cactus ou encore les maladies végétales transfrontalières, telle que Xylella Fastidiosa.

 Cette publication est intéressante au moment où l’Arabie Saoudite a débloqué 2 millions de $ pour la lutte contre le CRP. On voit apparaître une nouvelle notion celle d’évaluation des capacités phytosanitaires ECP qui mériterait d’être précisée. On devine aussi la volonté d’une mise aux normes internationales et d’évolution de la réglementation interne de prévention et lutte. Formons simplement le voeu que la FAO ne déverse pas sur la Tunisie un tombereau de normes qui n’ont pas forcément fait la preuve de leur efficacité ......... Ce qui nous semble plus important c’est d’assurer la promotion des moyens biologiques de lutte contre des ravageurs des cultures par la mobilisation de la recherche appliquée naissante en Tunisie.

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)