Accueil > Documentation > Nouveaux Moyens > la confusion sexuelle n’est pas ce que l’on croit...

la confusion sexuelle n’est pas ce que l’on croit...

lundi 14 mai 2018 - GRILLET Maxime, Rédaction SNP

En 2014 nous avions déjà abordé le sujet : https://www.sauvonsnospalmiers.fr/paysandisia-archon-le-latin-lover.html

Voilà un exemple pratique à grande échelle pour contenir le développement de papillons nocturnes, qui correspondent bizarrement au comportement de notre Paysandisia Archon. Encore fallait-il synthétiser les phéromones sexuelles qui perturbent tant l’insecte mâle. Des travaux sont en cours.....Ces pauvres mâles ne sachant plus où donner de la.... tête deviennent quasiment fous incapables de procréer. Le fameux syndrome de la boîte de nuit trop bien remplie !!

 

ouest-france.fr
Vignoble. Des leurres contre les papillons indésirables

 

Une solution alternative aux insecticides est développée sur 2 000 ha du vignoble de Nantes pour venir à bout de papillons nocturnes. Le dispositif convient à la méthode conventionnelle comme à la bio.

Phéromones plutôt qu’insecticides

Au domaine de la Mainguionnière, à Saint-Hilaire-de-Clisson, Christian Gauthier et quelques techniciens clipsent des capsules bourrées de phéromones sur les câbles tendus le long des vignes. Ces leurres ciblent deux papillons nocturnes, cochylis et eudémis. Surnommés « tordeurs des vignes », leurs chenilles s’attaquent aux fleurs et aux fruits. Le produit diffusé perturbe les mâles, ils s’affolent, tournent au-dessus jusqu’à l’épuisement et meurent.

« C’est la quatrième année qu’on met en place ce dispositif sur un îlot de 8 ha. On en voit les bienfaits », explique Christian Gauthier, vigneron et président de la Fédération des vins de Nantes.

Encourager la démarche collective

À ses côtés, Frédéric Lailler témoigne qu’il l’utilise aussi dans le domaine de Brégeon, à Gorges : « Dans le coin, on est plusieurs vignerons à l’avoir adopté, avec notamment Cyrille Paquereau et Vincent Ménard. L’aspect du traitement collectif est important. Il faut que la mise en place des capsules soit cohérente, sur toute une parcelle, pour que le dispositif agisse. »

« En faisant venir Emmanuel Vereeke, représentant de la société BASF France, qui commercialise le produit Rak (marque déposée) et avec qui on travaille, on veut montrer un exemple concret de bio contrôle qui marche, commente Christian Gauthier. On veut aussi partager nos connaissances pour avancer ensemble. »

Développer les pratiques alternatives

Le concept a fait ses preuves et convient aussi bien à la culture traditionnelle qu’à la bio. « La confusion sexuelle est une technique qui existe depuis vingt ans, on l’a améliorée. Le plastique utilisé résiste maintenant aux aléas météorologiques sur la période de quatre mois », indique Emmanuel Vereekele, Le produit est utilisé dans les vignobles français de Champagne, du Languedoc Roussillon, dans le Bordelais, le Val de Loire.

 

Dans le vignoble de Nantes, actuellement 2 000 ha (soit 20 %.) sont protégés de cette façon-là. « Cette méthode plus respectueuse de l’environnement est dans l’air du temps. Depuis quelques années, on l’encourage dans le vignoble nantais. C ’est dans l’intérêt de tous : il nous faut un bon raisin, pour produire un muscadet de qualité et améliorer notre image auprès des consommateurs. »

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)