Accueil > Revue De Presse > L’exemple de Valence (SP)

L’exemple de Valence (SP)

mardi 16 juillet 2013 - Rédaction SNP

 Merci à PHYTOMA de juin-juillet d’avoir consacré un dossier 7 pages à la stratégie de la ville de Valence (SP) dans la lutte contre le charançon. Il s’agit d’un article de Santiago Uribarrena Bollain qui est l’exacte transcription de son intervention à la conférence de janvier à Nice sur les ravageurs de palmiers.

 Nous avions déjà publié le 4 février cette contribution importante du colloque de Nice de janvier 2013.

http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article319

Il est intéressant de noter que dans sa partie bio le protocole d’intervention ne fait aucunement mention du beauveria bassiana. C’est la raison pour laquelle nous avons été surpris par cette publicité la firme Arysta en plein dossier.

....un énorme phoénix au centre, à droite publicité pour OSTRINIL qui n’est pas du tout la seule solution biologique voir en particulier Palmanem de Koppert. Pour renforcer le sérieux de l’annonce, l’évocation du soutien de la ville d’Hyères qui pourtant dans un courrier récent indique ne pas s’occuper de l’aspect scientifique de la question. A gauche pour compléter la gamme de protection des Palmiers en général un piège à phéromones et un charançon. Donc le seul moyen de lutte proposée par cette société contre le CRP serait le piégeage ?

Portfolio

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)