Accueil > Partenaires*Pro > INRA > L’espoir fait vivre...

L’espoir fait vivre...

mardi 18 septembre 2018 - Rédaction SNP

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto

Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification

Région : Échelle nationale

Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a présenté un programme de recherche, doté de 30 millions d’euros, destiné à développer des alternatives aux produits phytosanitaires, à l’occasion de son déplacement à l’Institut de recherche en horticulture et semence (IRHS) à Angers.

 

Ce programme, dont l’objectif est d’accompagner les laboratoires dans la recherche de nouvelles solutions, est confié à l’Inra, qui aura la responsabilité d’identifier avec les acteurs publics et privés les secteurs sur lesquels il est nécessaire de renforcer ce travail. Cette réflexion conduira à des appels d’offres ciblés, lancés avec le concours de l’Agence nationale de la recherche.

Avis SNP : On interdit d’abord .... ensuite on cherche. Quand on sait qu’il faut entre trois et cinq ans pour valider un nouveau produit, on a intérêt à utiliser le système D. Et en plus 30 millions c’est de la poudre de perlimpinpin comme dirait le président. 

 

Derniers articles

13 juillet, par Rédaction SNP

Cannes : première ville sous convention Cropsav ?

Un peu énigmatique la publication de la ville de Cannes qui nous annonce un grand plan de lutte sans détail sauf à faire comprendre qu’il est partiellement financé par la région. Quels sont ces nouveaux outils à tarif (...)

12 juillet, par Rédaction SNP

Question de la sénatrice Jacky DEROMEDI

La réponse est intervenue avant le nouvel arrêté, elle est un peu pro domo. Elle oublie d’analyser les causes des échecs constatés par l’ANSES.
On note "une lutte préventive sera imposée dans les zones faiblement infestées et (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)