Accueil > Documentation > Trunk Injection > L’Endothérapie façon Padoue

L’Endothérapie façon Padoue

dimanche 13 mars 2016 - Rédaction SNP

BITE for #trunk injection @bigs2016 @unipd @drplan
https://twitter.com/LucioMontecchio/status/708733527043481600

Dans des posts précédents nous avions déjà évoqué les travaux de cette université italienne qui s’est inquiétée de l’impact sur le végétal de l’acte "chirurgical" que représente l’injection.

À l’occasion de leur expédition à Bahrein, rien apparemment sur le palmier. Pourtant la perspective d’être moins intrusif est intéressante pour un végétal qui ne cicatrise pas comme un arbre. Par ailleurs on pourrait imaginer plusieurs sorties d’injection dans la lame pour assurer une meilleure répartition du produit . Il faut dire que nous commençons à nous impatienter au sujet des notions d’adjuvants ou de co-formulants réputés assurer un transfert optimal de l’insecticide ou du fongicide jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que ça ne se passe pas vraiment ainsi....... nous appelons les industriels à plus de transparence et les autorités de tutelle a plus d’exigences en termes d’efficacité.

Nous allons tenter une prise de contact avec le département ad hoc de l’université de Padoue.

https://www.dropbox.com/s/gscntayn2hfdfvt/jove-80-51199.pdf?dl=0

Portfolio

Derniers articles

23 avril, par Rédaction SNP

Le Beauveria serait-il hallucinogène ?!!

Il y a tout juste un mois nous annoncions la sortie tant attendue, de la nouvelle souche du champignon Beauveria Bassiana NPP-B111005 réputée solution biologique contre le CRP. (...)

Edito

Edito de mars 2018

15 avril, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
La nouvelle du mois est la publication de la décision de la commission européenne d’abandonner la lutte obligatoire contre le charançon rouge au 1er septembre de cette année....... une énorme bévue écologique !
Sur le papier, ç’est mettre à la poubelle toute la réglementation française. Nous avons instantanément sollicité le ministère de l’agriculture (SRAL PACA et DGAL). Silence... la grande muette (...)