Accueil > Documentation > Trunk Injection > L’endothérapie c’est pas chinois...?

L’endothérapie c’est pas chinois...?

mardi 28 octobre 2014 - Rédaction SNP

 Notre moteur de recherche Mention nous signale cet article dont l’abstract est en anglais malheureusement le texte complet est en chinois continental, cela devient une affaire de spécialistes de langues orientales ....

 Néanmoins l’abstract intéressera beaucoup ceux qui veulent parler de l’endothérapie intelligemment. Ça existe !

 L’article insiste sur le caractère hautement compatible avec l’environnement de cette technique de mise en œuvre des insecticides. Protection de la faune, de l’entomofaune et des humains. Précision chirurgicale dans l’application du traitement ....

Pour optimiser cette nouvelle technique d’injection l’auteur recherche le meilleur équilibre entre la molécule du pesticide, les complexes de solvant, les complexes surfactant ( agent tensioactif) , les adjuvants. il propose,

En trois heures la molécule est à pied d’œuvre dans le tronc et dans les feuilles et dans ce cas, un traitement contre le papillon Semiothisa cinerearia ( moth of the Geometridae family. It is found in China and its major host plant is Styphnolobium japonicum) elle reste active pendant plus de 20 jours.

 Le présent post n’a pour but que d’illustrer la complexité de la mise en œuvre d’une molécule par endothérapie qui doit faire l’objet de nombreux essais avant sa mise sur le marché. La stratégie 3 micro-injection revive semble avoir respecté ces contraintes. Rappelons quelle est parfaitement encadrée par ce texte http://www.sauvonsnospalmiers.fr/ecrire/?exec=article&id_article=767

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)