Accueil > L’association > Les éditos > L’Edito de fevrier

L’Edito de fevrier

mardi 11 février 2014 - Rédaction SNP


Chers amis et passionnés du palmier,


Le pire n’est jamais sûr.


Le ministre est passé chez nous il n’a rien dit , s’est monté très pessimiste, alors que dans la lettre qu’il nous a adressé début novembre il était parfaitement au courant de l’AMM du REVIVE Emamectine benzoate. Il annonçait imminent l’avis de l’Anses et prenait l’engagement de s’y tenir.


Mais voilà, tout ça ne tient aucun compte de la guerre civile qu’il a, très mal conseillé, lui même allumé entre Maisons-Alfort ANSES, rue de Varenne le Ministère , rue de Vaugirard DGAL. l’ANSES vent debout refuse la réforme qui consisterait à lui donner seule la décision de mise sur le marché (AMM). Tout cela est parfaitement hypocrite dans la mesure où un comité supérieur (de salut public !) constitué entre les trois ministères écologie, santé, agriculture et le commissaire à la nouvelle enquête publique ( nouvelle friandise réglementaire ) pourra contester la décision de l’ ANSES ( bonjour l’anonymat du vote collectif).


Vous avez compris il ne sortira pas grand-chose de cette usine à gaz ....................paralysant.


Notre AMM tombe au plus mal... le pire n’est jamais sûr ???


-Hervé Pietra

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)