Accueil > L’association > Les éditos > L’édito de décembre

L’édito de décembre

dimanche 2 décembre 2012 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier, 

Le mois dernier, nous nous identifiions aux malheureux cuirassés de Reichshoffen constatant le désastre dans lequel nous étions plongés. Nous avons cependant continué d’agir pour faire pression sur les hommes politiques, les fonctionnaires, les scientifiques en leur demandant pourquoi ils nous ont laissé tomber, en confiant ce dossier à des mains inexpertes et/ou désinvoltes. Mais la politique de communication de l’association basée sur des lettres ouvertes à des décideurs importants, associées au recensement citoyen de tous les palmiers atteints ou morts semble porter ses fruits.

 Michel Ferry nous encourage en nous adressant le message suivant :

"Quelle belle mobilisation ! Elle laisse espérer que, si on arrive à bien coordonner les activités et mobiliser propriétaires, organismes professionnels et bonnes volontés (y compris politiques), on pourrait réussir rapidement dans les PO et l’Aude ce qui a été si magistralement râté dans le Var et les AM. Dans la région PACA, plus de trois ans ont d’emblé été perdus à cause d’opposition systématique et techniquement infondée aux propositions formulées par quelques insonscients qui voulaient sauver les palmiers et ont osé dire que la stratégie et les techniques adoptées n’étaient pas les bonnes.
Trois ans c’est énorme face à un ravageur qui s’etend comme le feu et on en perçoit tragiquement les conséquences aujourd’hui. Ce qui est en train de se produire dans le Var et les AM correspond exactement et tristement à ce que nous avions annoncé si une autre stratégie et d’autres techniques n’étaient pas mises en oeuvre rapidement. A ces trois premières années perdues, il faut maintenant ajouter un nouveau délai dont on ignore la durée pour l’adoption d’une technique d’endothérapie opérationnelle qui permettrait très probablement de stopper le ravageur et de commencer à le faire régresser. Esperons que les PO et l’Aude s’inspirent du contre-exemple de la région PACA pour en tirer toutes les leçons.
"

 Nous sommes en effet résolus à porter de grands efforts sur la région Languedoc-Roussillon qui est extrêmement atteinte et qui habituée à quelques infestations ponctuelles de paysandisia archon est persuadée que la lutte biologique est largement suffisante alors même qu’en l’état actuel de la recherche c’est totalement le contraire.

Le mois de décembre sera tout entier consacré à l’élaboration d’un plan de communication qui sera développé pour le colloque AFPP de Nice des 16 17 et 18 janvier. Nous avons beaucoup d’initiatives à prendre avec la volonté de faire échec sans agressivité à tous ceux qui considèrent que tout ce qui est fait aujourd’hui est parfait !!!!!

Hervé Pietra

Derniers articles

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

13 mars, par Rédaction SNP

La FAO aux avant-postes

L’agence marocaine de presse MAP ECOLOGY rappelle très utilement l’importance de la lutte contre ce redoutable prédateur du palmier. Elle ne fait pas de commentaire, nous nous sommes permis d’en faire un celui de (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)