Accueil > L’association > Les éditos > L’ édito d’avril

L’ édito d’avril

lundi 9 avril 2012 - Rédaction SNP

 Chers amis et passionnés du palmier,

C’est une expérimentation, elle est
limitée à une partie du Var, elle nous propose une molécule qui n’est ni
la plus respectueuse de l’environnement ni la plus efficace. Mais
souvenons nous qu’il y a quelques années à peine, on nous proposait
comme seule solution l’abattage. Combien de magnifiques phoénix sacrifiés......

Grâce à des hommes comme Michel
FERRY la technique de l’assainissement a pu être transcrite dans une
circulaire en 2010. Depuis un an, sous sa haute autorité scientifique,
nous nous battons pour faire accepter en France, enfin l’endothérapie sur palmier en préventif systématique.

Considérant que l’expérimentation n’est qu’une astuce subie de présentation, nous avons toutes les raisons d’y croire sauf que :

1/ Il faut réussir la formation des applicateurs (+ de 150).

2/ Il faut adapter le protocole de mise en oeuvre ( hauteur d’injection)

3/ Il faut mobiliser des fonds publics et européens ( voir art. récent )

4 / Il faut réussir une grande campagne de communication et démolir quelques poncifs écolo-bobo

5/ Obtenir la validation d’une molécule de plus grande rémanence

( nous avons commencé d’y travailler)

*******

Derniers articles

25 mai, par Rédaction SNP

Beauveria bassiana souche NPP111B005 : avis sur l’AMM

lien : http://www.sauvonsnospalmiers.fr/le-beauveria-ca-se-precise.html
L’avis de l’ANSES et l’AMM délivrée pour la préparation Ary-0711b-01 à base de la souche de microorganisme Beauveria bassiana souche NPP111B005, de la (...)

22 mai, par Rédaction SNP

Newsletter n°14

Nous évoquons très volontiers nos excellentes relations avec cette association société savante du monde palmophile. Notre mission est par nature beaucoup plus militante au service de tous les propriétaires de palmiers même (...)

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)