Accueil > L’association > Les éditos > L’Edito d’août

L’Edito d’août

jeudi 8 août 2013 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,Retour ligne manuel

Dans l’édito de novembre 2012 nous étions les cuirassés perdus de Reichhoffen, victime de l’imprévoyance générale. Août 2013 nous serions plutôt, le lieutenant de Buzatti scrutant le désert des Tartares : nous attendons, nous sommes prêts mais nous sentons toute l’impuissance humaine face au labyrinthe d’un monde un peu incompréhensible paralysé par une avalanche de réglementations impossibles à simplifier quand l’idéologie le dispute à la science.

 Besogneux nous retournons à notre tâche,

* Rénovation de la newsletter aux adhérents, édition de cette newsletter sous forme d’un abonnement d’essai aux journalistes, politiques et relais d’opinion.

* Veille et disponibilité à l’évolution du cadre réglementaire attention particulière aux surpromesses... lors des réunions à DGAL début juillet nous avons senti une réelle volonté de faire avancer le dossier. Nous pouvons pas imaginer un seul instant d’être déçus car notre principe d’action est d’abord de faire confiance quand nous considérons qu’il n’y a pas d’enjeu financier.

* Faire des propositions pour la réforme des Copils, rédaction de documents de présentation, d’un plan de communication, d’une proposition de conseil scientifique, d’un plan de formation des applicateurs...

* Lancement d’une expérimentation de piégeage avec 50 pièges (Costa-Rica) et 50 (chinois) des phéromones + kairomones- synergiste(Costa-Rica). Mise en place d’une gestion des captures effectuée par application What’s invasive, application gratuite smartphone (Notre accord de collaboration avec American University of Georgia).

* Création d’un groupe de travail commun avec l’association "les fous de palmiers" dont la qualité présumée des travaux devrait lui permettre à terme d’être candidat à une position dans l’organisation européenne Palm Protect Project

* Aide à la certification : nous avons l’ambition d’aider un certain nombre de professionnels qui ont pris du retard dans les exigences de la certification . Nous envisageons de mettre au point avec des développeurs professionnels une application smartphone ( sur la base de what’s invasive permettant un reporting géolocalisé ). Ceci rendrait passablement caduc le suivi - souvent qualifié, certainement à tort, de zèle administratif- exercé par les SRAL et les FREDON.

* Réflexion sur le financement privé de la recherche. l’association SNP à vocation à évoluer vers une structure de type fondation de préférence internationale destinée à participer au financement privé de la recherche. En première approche nous sommes sur une première ligne de 50 000 €.

H PIETRA
 

Derniers articles

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

15 juillet, par Rédaction SNP

REVIVE saison 2

On attendait une extension d’usage au Paysandisia, la suppression d’un adjuvant....rien de tout cela. En baptisant REVIVE II ARETOR nom commercial ( et non Terminator !) la firme a sans doute voulu s’éloigner de la notion (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

INRA et BIOCONTROLE

Intéressante communication grand public faisant le point des recherches de l’institution sur le Biocontrole. Sont abordés les domaines :
DES ODEURS POUR LUTTER CONTRE LES RAVAGEURS
LES MACRO-ORGANISMES : DES ALLIÉS DE (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)