Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > L’arbre "écolo" ..... le margousier

L’arbre "écolo" ..... le margousier

mercredi 3 septembre 2014 - Rédaction SNP

On pourrait dire que c’est le marronnier au sens média du terme de la presse écolo bobo, mais voilà que la représentation nationale s’y met. Forumphyto lettre professionnelle incontournable de Jean- François Proust fait un excellent suivi des questions parlementaires dont le député du Var UMP Philippe Vitel qui s’interroge sur les utilisations de la molécule extraite de cet arbre "miracle" le Margousier autrement appelé arbre de Neem. Nous vous laissons le soin de regarder sur le net. Que dit le député : c’est la confusion , l’huile de neem est largement utilisée principalement en agriculture biologique, par Internet plus de frontière, dans 15 pays européens elle est acceptée et la France refuse de s’en servir.... Pourquoi ne pas légaliser tout cela....

 Réponse du ministère :  Don’t panic .... sur un fond de suspicion du risque de perturbateurs endocriniens (qui fait trembler tout le monde) aucune demande d’AMM n’a été déposée au ministère. L’autre procédure celle de la reconnaissance mutuelle entre Etats de l’Union n’a pas non plus été utilisée. le Ministère toujours écolo friendly précise que la molécule de base azadirachtine n’est pas interdite de façon spécifique sur le territoire français et appelle de ses vœux qu’une demande officielle d’autorisation pour des produits à base d’azadirachtine soit rapidement déposée à l’Anses.

En attendant s’étant en quelque sorte autosaisie de la question elle vient délivrer une autorisation dérogatoire pour le produit NEEMAZAL-T/S, à base d’azadirachtine, pour 120 jours sur pommiers.

Emus par ce blocage nous avons saisi le 6/08/2014 le député Vitel dans les termes suivants :

."....aucun opérateur n’en a fait la demande cette nouvelle molécule naturelle ne peut donner lieu à autorisation et le ministère de regretter l’absence de dynamisme des professionnels, prenant l’initiative de s’autosaisir des difficultés des pomiculteurs pour donner une autorisation de 120 J de ce produit. Mais il ne pouvait ignorer que la DGAL avait sollicité l’ANSES, le 9 mai pour obtenir un avis scientifique concernant les risques pouvant porter sur les applicateurs ( on pense aux accusations de perturbateurs endocriniens souvent formulées ). La réponse que nous venons de connaître hier est encourageante."l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail n’a pas identifié de risques inacceptables pour l’opérateur et le travailleur, liés à l’usage de la préparation sur pommier dans les conditions ....."

Ce dernier avis de l’ANSES * ne serait-il pas l’occasion de reprendre son bâton de pèlerin en se rapprochant de la profession, des firmes et plus particulièrement de l’International Biocontrol Manufacturers’ Association National Group IBMA France chapitre français de l’organisation internationale des industries agricoles bio.

Une initiative conjointe des députés du sud de la France défenseur des palmiers pourrait être opportune. Notre association peut s’y associer."

Nous attendons sa réponse à notre question qui aura bientôt un mois d’âge....

* AVIS de l’Anses relatif à une demande d’appui scientifique et technique concernant le risque opérateur pour le produit phytopharmaceutique NEEMAZAL T/S

Derniers articles

21 juin, par Rédaction SNP

Le Beauveria Bassiana..... une trés vieille affaire

Vous avez bien lu ........ une préconisation d’une société savante en 1906 !!! ça fait un peu sourire quand au le 19-20 de FR3 vous présente un nouveau traitement révolutionnaire. Cette fameuse muscardine corrompt les larves ou (...)

20 juin, par Rédaction SNP

Le communiqué de presse M2 ILS

M2 I LS publie un communiqué de presse de victoire ils ont 100 fois raison..... le ministère a parfaitement compris qu’il fallait trouver quelques accommodements provisoires avec la réglementation pour autoriser les (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)