Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > Koppert, Atoll Paysage, Procédé PPS

Koppert, Atoll Paysage, Procédé PPS

lundi 8 juillet 2013 - Rédaction SNP

 La société Koppert nous a proposé d’expérimenter un traitement sur la base de nématodes appliqué par la société Atoll Paysage ( gérant arboriste-grimpeur Yannick Julienne Toulon ) qui préinstalle un dispostif permanent de traitement déposé sous le nom de PPS. L’essai a été réalisé sur deux palmiers d’environ 13 m à la couronne, le 5 juillet 2013. Il a été appliqué une solution de 20 l par sujet comportant 2 millions de nématodes par litre (Steinernema carpocapsae). la solution en sortie de buse a été recueillie dans une boite de Pétri où il a été constaté que les nématodes étaient actifs , constat réitéré deux heures plus tard. La taille des buses et la pression de transport sont donc validées.

® 39996775 Palm Protect System 07 63 32 93 59 - contact@atollpaysage.com

Publicicité FLYERS ATOLL PAYSAGE

Cette expérimentation prouve que les traitements bio- nématodes et phytosanitaires ne sont pas alternatifs mais complémentaires. En effet comme l’indique clairement la documentation des firmes commercialisant les nématodes, ces derniers ne sont efficaces qu’à l’intérieur de plages de température précises. Par ailleurs il convient de les appliquer de manière à les soustraire aux expositions UV et de préférence dans des conditions climatiques humides.

 Ainsi, dans le cadre d’un programme de protection intégrée il est parfaitement possible de réaliser avec le même équipement les traitements nématodes ( Palmanem) et imidaclopride ( Confidor).

 L’association SNP qui a participé au groupe de travail d’élaboration du produit PPS pense qu’elle permet une réduction considerable du coût des actions préventives et rend possible le respect impératif du délai de 21 j entre chaque traitement. La société Atoll paysage tente d’améliorer l’efficacité des nématodes en modifiant les heures d’application, en baissant la température des solutions, en y incluant des adjuvants facilitant les déplacements des nématodes et en prolongeant leur durée de vie. A cet égard des études récentes américaines semblent prouver que la cohabitation nématodes / confidor loin d’être dangereuse pour les vers serait même de nature à les fortifier ( à suivre, en cours d’examen ).

 Tous nos remerciements à Yannick Julienne (Atoll Paysage) et Cyril Verdun ( Koppert).

Portfolio

Derniers articles

25 février, par CASTELLANA Robert, Rédaction SNP

Le péril jaune....

Après le charançon rouge (importé d’Asie) et le papillon palmivore (venu d’Amérique latine), voici le "ravageur jaune" en provenance d’Afrique. Il s’agit de la bactérie Candidatus Phytoplasma palmae (en anglais : lethal yellowing of (...)

19 février, par Rédaction SNP

Le plan Ecophyto 2 « + »

TVA Agri met la pression à la veille du salon de l’agriculture et dans la perspective du nouveau plan Eco-Phyto qui serait publié fin mars.
FNSEA rappelle que l’Inra estime au minimum à une demi douzaine d’années (...)

19 février, par Rédaction SNP

Une thèse plein cadre

Une thèse plein cadre
https://rua.ua.es/dspace/bitstream/10045/73611/1/tesis_johari_bin_jalinas.pdf

Edito

Edito de janvier 2018

5 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ce mois de janvier a été marqué par deux manifestations :
* En région PACA le débriefing de la politique environnement. Le palmier s’en sort plus qu’honorablement puisqu’il fait partie des quatre exposés présentés. Celui de la cheffe de service du département environnement & biodiversité ( qui nous a rassuré sur le maintien en 2018 de l’enveloppe de financement) et celui du directeur du Parc (...)