Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > Koppert, Atoll Paysage, Procédé PPS

Koppert, Atoll Paysage, Procédé PPS

lundi 8 juillet 2013 - Rédaction SNP

 La société Koppert nous a proposé d’expérimenter un traitement sur la base de nématodes appliqué par la société Atoll Paysage ( gérant arboriste-grimpeur Yannick Julienne Toulon ) qui préinstalle un dispostif permanent de traitement déposé sous le nom de PPS. L’essai a été réalisé sur deux palmiers d’environ 13 m à la couronne, le 5 juillet 2013. Il a été appliqué une solution de 20 l par sujet comportant 2 millions de nématodes par litre (Steinernema carpocapsae). la solution en sortie de buse a été recueillie dans une boite de Pétri où il a été constaté que les nématodes étaient actifs , constat réitéré deux heures plus tard. La taille des buses et la pression de transport sont donc validées.

® 39996775 Palm Protect System 07 63 32 93 59 - contact@atollpaysage.com

Publicicité FLYERS ATOLL PAYSAGE

Cette expérimentation prouve que les traitements bio- nématodes et phytosanitaires ne sont pas alternatifs mais complémentaires. En effet comme l’indique clairement la documentation des firmes commercialisant les nématodes, ces derniers ne sont efficaces qu’à l’intérieur de plages de température précises. Par ailleurs il convient de les appliquer de manière à les soustraire aux expositions UV et de préférence dans des conditions climatiques humides.

 Ainsi, dans le cadre d’un programme de protection intégrée il est parfaitement possible de réaliser avec le même équipement les traitements nématodes ( Palmanem) et imidaclopride ( Confidor).

 L’association SNP qui a participé au groupe de travail d’élaboration du produit PPS pense qu’elle permet une réduction considerable du coût des actions préventives et rend possible le respect impératif du délai de 21 j entre chaque traitement. La société Atoll paysage tente d’améliorer l’efficacité des nématodes en modifiant les heures d’application, en baissant la température des solutions, en y incluant des adjuvants facilitant les déplacements des nématodes et en prolongeant leur durée de vie. A cet égard des études récentes américaines semblent prouver que la cohabitation nématodes / confidor loin d’être dangereuse pour les vers serait même de nature à les fortifier ( à suivre, en cours d’examen ).

 Tous nos remerciements à Yannick Julienne (Atoll Paysage) et Cyril Verdun ( Koppert).

Portfolio

Derniers articles

18 octobre, par Rédaction SNP

Attention à la dérive réglementaire.....

deux illustrations récentes......
* liste des produits biocides
Le Premier ministre précise la liste des produits biocides qui ne peuvent pas être vendus en libre service à des utilisateurs non porfessionnels
Le (...)

12 octobre, par Rédaction SNP

Cannes, la suite .....

Les associations qui soutiennent la stratégie 3 du décret du 21 juillet 2010 semblent avoir moins la côte, en tout cas du côté de la Croisette !
La ville de Cannes a peu goûté certaines critiques et dénonce les (...)

12 octobre, par Rédaction SNP

Trop drôle .....la traduction automatique

Trouvé sur le site en l’état ...... en dehors de la forme il y a quelques bonnes vérités !
JARDINAGE Science
Moyens de combattre »Charançon de la paume »
9 octobre 2019 caroline rigondet
Contrôle chimique (...)

Edito

Edito de septembre 2019

18 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
L’encre de l’arrêté pourtant très bref, du 25 juin 2019 n’est pas encore sèche et nous entendons ses détracteurs le vouer aux gémonies au motif qu’il renonce à la lutte obligatoire dans les régions plus exposées pour l’instant, Corse, Paca, Occitanie.
Mais gardons-nous de toute hypocrisie, si la lutte obligatoire n’a pas atteint son objectif dans les régions les plus exposées c’est bien sûr la (...)