Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > J’aimerais tant voir Syracuse......

J’aimerais tant voir Syracuse......

lundi 27 mai 2013 - Rédaction SNP

"Avant que ma jeunesse s’use
Et que mes printemps soient partis
"

Palais Syracuse : moyen-âge épiscopal


Étonnant vestige d’une politique de protection des végétaux aussi moyenâgeuse que ce palais, à la modénature cependant parfaite. A l’époque, autour des années 2008-9 la prophylaxie de l’abattage semblait la seule solution pour les nombreux réputés sachants ! Elle aura couté plusieurs millions d’euros et détruits des milliers de palmiers patrimoine.

 En Italie comme chez nous, si on avait écouté les défenseurs de l’assainissement mécanique et de son suivi ( Michel Ferry), ces palmiers auraient été sauvés.

 Evitons les mêmes erreurs en matière de prévention, modernisons les arrêtés 2010 et de 2012. L’endothérapie dont une fois de plus l’ANSES a attesté l’innocuité doit être généralisée à tout le territoire avec une molécule dont la rémanence et les conditions de mise en œuvre garantissent une application économiquement possible à grande échelle.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)