Accueil > Réglementation > Veille technologique > INRA , CIRAD, CNRS.........la modestie

INRA , CIRAD, CNRS.........la modestie

samedi 6 avril 2013 - Rédaction SNP

Cette découverte est majeure car nous ne connaissions pas jusqu’à présent de phéromones actives pour les Paysandisia archon. Puisque la production synthétisée de ces substances est possible on ne peut que souhaiter une mise en œuvre extrêmement rapide en vérifiant parallèlement que les pièges actuellement utilisés pour le charançon pourraient être conservés.

 Pour le reste nous objecterons que le piégeage ( non massif ) des ravageurs du palmier n’est pas à proprement parler un moyen de lutte mais de détection. Il pourra le devenir à condition que l’INRA ou d’autres organisations mettent sur pied une méthodologie de piégeage+prévention dont les enseignements conduiront à une politique de traitements bio ou phyto ( fonction du prix et des conditions climatiques) adaptée à la situation constatée.

 en tout cas bravo INRA/CIRAD/CNRS

ARTICLE LIEN HORTICOLE 05/13

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)