Accueil > Documentation > Suivi des traitements > Hyéres : triste occasion pour parler d’un grand problème

Hyéres : triste occasion pour parler d’un grand problème

samedi 1er novembre 2014 - Rédaction SNP

Nouvel article de Var Matin (Hyères) Quelques commentaires  : l’entreprise citée par l’article n’est pas agréée pour traiter des palmiers infestés par le charançon ( voir liste sur le site de la DRAAF) même si elle est compétente par ailleurs. Dans le protocole d’abattage il est impératif d’effectuer un traitement au confidor sur la couronne ce qui nécessite pour le faire correctement de retirer toutes les palmes et de bâcher la couronne apparemment cela n’a pas été fait ici, voir photo. Le ou la journaliste commet deux erreurs sur les seuls termes techniques utilisés : le champignon s’écrit Beauveria Bassiana et la molécule de la micro-injection Emamectine Benzoate. L’explication de la propriétaire du palmier imbibé, pas plausible. On comprend qu’il a été assaini et que l’opération a foiré, mais ça peut arriver. L’extrémité du bourgeon apical avait-elle bien été drainée ?

 Mais cet article est aussi l’occasion de faire parler les responsables de la ville qui ne sont pas si bavards.

On nous présente 3 volets

* L’assainissement mais c’est du curatif , opération onéreuse réservée à des super spécialistes avec taux d’échec non négligeable. Ce volet doit rester l’exception.

* Beauveria Bassiana  : utilisation d’un produit non homologué et pour ceux qui connaissent le dossier ce n’est pas pour demain de l’avis même de la firme. Dans le cadre d’une expérimentation ? pourquoi pas ? mais laquelle ? alors même qu’il existe un arrêté du 21 juillet 2010 qui vient d’être réécrit avec le choix entre trois stratégies. Une expérimentation n’est pas une application anticipée d’une AMM même déposée. Ou alors notre cadre réglementaire n’ existe plus et pourquoi telle ou telle mairie ne pourrait pas se lancer dans l’utilisation de n’importe quelle autre molécule et pour faire bio par exemple avec de l’huile de neem ? Comme la précédente municipalité disait la même chose sur BB on est en droit de demander à celle-ci d’être plus transparente.

* La stratégie 3 de ce même arrêté ( micro-injection avec EMAB) est évoquée nous sommes curieux de la suite qui sera donnée. En espérant vivement que cela concernera plusieurs dizaines de palmiers.

La replantation : la résistance du washingtonia est théoriquement controversé ( http://www1.montpellier.inra.fr/ravageurs-du-palmier/index.php/fr/rhynchophorus-ferrugineus/22-symptomes-et-detection/61-plante-hote?server=1) mais sur le terrain les choses semblent malheureusement plus graves. cf une conversation extrêmement récente avec la Fredon Corse au congrès de l´AFPP. Beaucoup plus grave cette mise à jour du protocole de traitement de Palma de Majorque qui en mars 2014 inclus explicitement le Washingtonia. Pourquoi voulez-vous qu’il en soit différemment chez nous ? on aurait vraiment tort de ne pas les prendre sérieux car en matière de picodo rojo ils sont plus forts que nous !

http://www.palmademallorca.es/portal/PALMA/RecursosWeb/DOCUMENTOS/1/3_82041_6.pdf

Portfolio

Derniers articles

5 juillet, par Rédaction SNP

News Letter M2 ILS

Comme toujours nous aurons l’amical desaccord sur le piège le plus adéquat pour les charançons . Sans surprise très confiant, notre MULTI FUNNEL TRAP défendra nos couleurs.....

2 juillet, par Rédaction SNP

Un comité aux petits oignons......

La création par le Premier Ministre de ce comité d’orientation stratégique sur l’utilisation des produits phytosanitaires dont les avis, seront déterminants à n’en pas douter, surtout pour "exonérer" les décideurs.
Un nombre (...)

2 juillet, par Rédaction SNP

Charançon rouge : nouvel arrêté du 25 juin 2019

Lutte contre Rhynchophorus ferrugineus (olivier) JORF n°0151 du 2 juillet 2019
Nous publions sans tarder cet arrêté nous en ferons le commentaire ultérieurement.
Le texte pose beaucoup de problèmes particulièrement pour (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)