Accueil > Partenaires*Pro > Les Firmes > Giran l’homme qui écrase les prix

Giran l’homme qui écrase les prix

lundi 15 mai 2017 - Rédaction SNP

Hyères-les-palmiers la mieux servie, quoi de plus normal......Syngenta a divisé par deux son tarif de l’an dernier, de sorte que la ville a pu traiter deux fois plus de palmiers à savoir ; 1039 quasiment 100 % de son patrimoine ( # 30 % de celui des belles années), donc aucun investissement supplémentaire. 

A cette occasion tous les hyèrois, friands de montagnes russes vont passer de 258 € à 72 € merci Monsieur le Maire comment avez-vous fait ce miracle ? 

N’oubliez pas que je suis professeur d’économie, en plus j’ai pris l’engagement de vous informer de la réglementation ce que j’ai tout de même toujours fait, de vous aider à la respecter, je vous y incite en effet à nouveau, de procéder au repérage des palmiers mais lesquels ? ceux qui ne sont pas traités encore faut-il que je dispose d’une cartographie de mon patrimoine de palmiers privés ce qui n’est pas le cas et de la localisation des palmiers traités que seule la firme peut fournir ..... la plus belle fille du monde.....

 Par contre Jean Pierre Giran a clairement affirmé que la campagne d’injection sur les palmiers de bord de mer a été un test positif. Dont acte, mais compte tenu du débat autour du taux d’échec c’est un peu court et la ville qui a voulu faire l’économie d’un suivi FREDON serait bien inspirée dans l’intérêt de tous de nous en dire un peu plus. Les constats faits à Ajaccio, les retours d’expériences des applicateurs les déconvenues de certains de nos adhérents devraient tout de même inspirer une plus grande prudence.

Mais ne boudons pas notre plaisir à ce prix-là la stratégie 3 ça ne se refuse pas même s’il faut redoubler de vigilance par une stratégie de piégeage de contrôle et peut être un complément de protection en fin de saison avec un bout de stratégie 2.

On constate, mais c’est aussi le cas pour Vence qu’ Hyéres a obtenu ce prix exceptionnel sans pour autant se lancer dans les investissements lourds que représente un vrai plan de lutte collective comme tente de le faire la Cavem. Mais pourquoi pas ? Nous faisons observer que la seule référence de réussite répétée de façon un peu lancinante, est celle de l’ile des Canaries qui n’a pas utilisé cette stratégie. Mais chaque collectivité locale fait bien ce qu’elle veut c’est une décision d’élus. Simplement SNP continue de s’insurger de l’extraordinaire pénalisation des propriétaires de palmiers qui habitent dans des communes dont les maires refusent de choisir pour leurs palmiers une stratégie plutôt qu’une autre. La justification d’un tel tarif n’est pas dans les volumes car Syngenta ne demande aucun engagement de volume sur le patrimoine privé, elle apparaît clairement plutôt comme le choix municipal quasi idéologique d’une stratégie plutôt qu’une autre ce qui, préconisé à ses concitoyens serait évidemment illégal et ainsi pour s’en prémunir toute la communication du maire insiste beaucoup sur l’existence de trois stratégies, faut suivre...

 En résumé les masques tombent il y a un ticket d’entrée dans la stratégie 3 à 72 € ttc c’est une commande minimum de 1000 palmiers comme ça c’est net et précis. Pourquoi tant de temps perdu.........

 

 

 

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)