Accueil > Documentation > OGM & GMO > Génie Génétique : 3e méthode de lutte contre le CRP ?

Génie Génétique : 3e méthode de lutte contre le CRP ?

samedi 27 octobre 2012 - Rédaction SNP

Oxitec, une entreprise établie en Grande-Bretagne a appliqué cette technique controversée sur la teigne des crucifères. Par une modification génétique, les mâles deviennent stériles. Cette approche permet non seulement d’éviter la contamination de la culture par les pesticides, mais aussi d’éliminer la transformation génétique de la
culture destinée à la consommation animale ou humaine. Ainsi, les ravageurs deviennent la seule cible avec cette méthode. Le gène est inséré en laboratoire dans la teigne. Il est, par la suite, transmis aux générations subséquentes. Les insectes modifiés sont relâchés dans la nature. « On exploite l’instinct naturel des mâles à retrouver des femelles pour se reproduire », explique Neil Morrison, responsable du dossier agricole chez Oxitec. Ainsi, les mâles génétiquement modifiés engendrent une progéniture qui n’atteindra jamais l’âge adulte ou composée uniquement de mâles. La population d’insectes diminue rapidement.

Les insecticides de synthèse sont très efficaces sur les insectes nuisibles, mais peuvent aussi affecter les insectes bénéfiques, dont les abeilles. Le développement de la résistance des insectes aux produits utilisés est également une problématique réelle. Oxitec espère convaincre les utilisateurs canadiens de la pertinence de cette technique et rallier l’opinion publique à cette nouvelle approche .

Source : Ontario Farmer

http://www.oxitec.com/who-we-are/

Nous allons tenter d’en savoir plus et plaider pour la cause du charançon français modifié.....!!!

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)