Accueil > Documentation > Autres ravageurs > Frelon Asiatique & dioxyde de souffre

Frelon Asiatique & dioxyde de souffre

dimanche 8 septembre 2013 - Rédaction SNP

http://www.france24.com/fr/20130907-le-dioxyde-soufre-autorise-contre-frelons-asiatiques http://www.qualitedelairontario.com/science/pollutants/sulphur.

Rien à dire, ils sont forts ces apiculteurs... Obtenir l’abrogation de dispositions prises en mai dernier ! Il fallait bien le concours de trois députées écologistes. Mais soyons fair-play, le frelon asiatique est bien aussi dangereux pour les abeilles que le charançon et le papillon pour nos palmiers.

AFP - Les apiculteurs vont désormais pouvoir utiliser le dioxyde de soufre, jusqu’ici interdit, pour se défendre des frelons asiatiques, grands prédateurs d’abeilles, selon un arrêté paru samedi au Journal officiel.

Très attendu par les apiculteurs, cet arrêté autorise "la mise sur le marché et l’utilisation" de produits contenant du dioxyde de soufre "à des fins de lutte exclusive contre Vespa velutina (dénomination scientifique du nom du frelon asiatique, ndlr) pour une durée de 120 jours" à partir de ce dimanche.

"C’est très bien, on redonne à ceux qui luttent contre le frelon asiatique, pas seulement les apiculteurs, la possibilité de détruire les nids, et notamment à grande hauteur, avec un impact extrêmement faible sur l’environnement", s’est félicité Richard Legrand, spécialiste du frelon à l’Union nationale de l’Apiculture française (Unaf), joint par l’AFP.

Introduit dans le Sud-Ouest en 2004 dans des poteries venues de Chine, le frelon asiatique est désormais présent dans une soixantaine de départements.

Depuis des années, l’une des techniques utilisées pour détruire les nids situés en hauteur consiste à placer une petite bonbonne de dioxyde de soufre au bout d’une perche et à injecter le gaz dans le nid des frelons. Cette technique a été toutefois été présentée comme interdite en mai dans une circulaire envoyée aux apiculteurs, lesquels demandaient depuis au gouvernement de la rendre légale.

Dans un courrier rendu public en août par trois élues écologistes du Sud-Ouest, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait conclu que le dioxyde de soufre est "une technique efficace de lutte contre le frelon asiatique". "Les impacts sur l’environnement et en particulier les organismes non cibles sont très limités comparés aux autres techniques de lutte chimique", indiquait l’Anses.

L’arrêté paru samedi précise que le dioxyde de soufre ne pourra être utilisé que par des opérateurs formés et dans certaines conditions précises, et notamment "uniquement en extérieur et pour traiter des nids de Vespa velutina situés à une hauteur supérieure ou égale à 2 mètres".

"Ce produit est caustique, irritant, mais n’est pas toxique", a précisé M. Legrand pour l’Unaf. Le dioxyde de soufre injecté dans le nid capture l’oxygène et tue ainsi les frelons en les asphyxiant, a-t-il expliqué.

L’autorisation de ce produit ne peut toutefois qu’être provisoire pour le moment car une autorisation permanente nécessiterait des tests préalables, selon ce spécialiste.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)