Accueil > Revue De Presse > France Bleue Provence

France Bleue Provence

mardi 6 août 2013 - Rédaction SNP

 Demain matin mercredi 7 août à 7h15 et 8h15 je réponds au nom de l’association à une interview de Sophie Glotin de Radio France Provence Marseille.

 La rédaction du journal a été interpellée par la multiplication des signalements d’attaque du papillon palmivore le Paysandisia Archon.

 Nous avons reçu d’autres appels qui font craindre une extension de ce phénomène très largement au-delà des régions PACA et Languedoc-Roussillon.

 Comme pour le charançon, plus que les moyens de lutte nous voudrions faire admettre que l’organisation de cette dernière est encore plus importante que les molécules.

H. Pietra

Derniers articles

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

15 juillet, par Rédaction SNP

REVIVE saison 2

On attendait une extension d’usage au Paysandisia, la suppression d’un adjuvant....rien de tout cela. En baptisant REVIVE II ARETOR nom commercial ( et non Terminator !) la firme a sans doute voulu s’éloigner de la notion (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

INRA et BIOCONTROLE

Intéressante communication grand public faisant le point des recherches de l’institution sur le Biocontrole. Sont abordés les domaines :
DES ODEURS POUR LUTTER CONTRE LES RAVAGEURS
LES MACRO-ORGANISMES : DES ALLIÉS DE (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)