Accueil > Documentation > Diagnostic préventif > Et on reparle de l’acoustique.....(2)

Et on reparle de l’acoustique.....(2)

jeudi 2 janvier 2014 - Rédaction SNP

Dans un post précédent http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article568 

Nous vous signalions un regain d’intérêt de la recherche américaine pour l’acoustique. Mais un important article nous avait échappé. Nous le publions en totalité.

Herrick & Mankin : Early Detection of the Red Palm Weevil by Acoustics

Florida A&M University, Center for Agriculture and Food Sciences, Center for Biological Control, Tallahassee,
Florida 32307, US

En voici l’abstract. C’est technique mais on comprend l’essentiel la détection d’attaques récentes qui ne présentent aucun symptôme apparent est possible quelque soit l’environnement. Nous lançons en quelque sorte un appel à projets auprès des Instituts Universitaires de Technologie et d’écoles d’ingénieurs s’intéressant l’acoustique pour se saisir de ce problème dans le respect du travail de leur collègues américains. Si pour faire démarrer les études un certain volume de capitaux privés est nécessaire l’association peut apporter par une campagne spécifique de dons, une significative contribution.

The red palm weevil (RPW), Rhynchophorus ferrugineus (Olivier), recently found in Cura- çao and Aruba, has become an economically significant palm tree pest in many tropical and subtropical regions. By the time a palm infested with RPW displays visible damage, larvae have destroyed much of the trunk internal structure, typically resulting in tree mortality. Acoustic technology may enable pest managers to detect and treat early RPW infestations before tree mortality, and to reduce unwanted importation and/or exportation of infested palms. Experiments were conducted in Aruba to determine the detectability of sounds produced by early instars in open, urban environments and in enclosures with ca. 10 dB acoustical shielding. To distinguish RPW signals from background noise, recordings first were analyzed to identify larval sound impulse bursts, trains of 7-199 impulses, 3-30-ms in duration, where impulses within the train were separated by less than 0.25 s. For a burst to be considered a larval sound, it was specified that a majority of its impulses must have spectra that match mean spectra (profiles) of known larval sound impulses more closely than profiles of background noise or known nontargeted sound sources. Based on these analyses, RPW larval bursts were detected in > 80% of palm fronds inoculated with neonates the previous day. There were no significant differences between burst rates in enclosed and open environments, but the shielding provided by the enclosure enabled detection of early instars from greater distances. Thus, there is potential to use acoustic technology to detect early RPW infestation in either minimally shielded or open environments. In addition, be- cause late-instar impulses ranged to higher amplitude and had greater diversity of spectral features than with early instars, it may be possible to identify late-instar infestations based on the amplitudes and the diversity of sound features detected.

 

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)