Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > Et encore des verrous réglementaires....

Et encore des verrous réglementaires....

dimanche 22 octobre 2017 - Rédaction SNP

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20170210IPR61805/les-deputes-en-faveur-de-l-approbation-acceleree-des-pesticides-a-faible-risque

 Si ce n’était la photo ( "la mort aux trousses" pas fameux en termes de communication !! ) nous sommes pleinement en phase avec les députés européens signataires.

 Il faut que la commission prenne conscience de l’extrême difficulté de mettre en œuvre des substituts aux traitements phytosanitaires et n’en rajoute pas une couche avec des lenteurs inexplicables dans l’autorisation d’application des pesticides naturel à très faibles risque.

Nous sommes aussi vraiment concernés par les blocages de mise en œuvre d’un piégeage de masse du charançon fortement conseillé par la FAO.

Sans attendre nous allons interpeller les deux ministères en sollicitant nos relations à la Chambre des députés et au Sénat. Il s’agirait d’obtenir ;

- la délivrance d’autorisations provisoires, quitte à les assortir de contraintes de mise en œuvre particulières ( pièges posés en aérien, réservoir de phéromones non accessibles ….)
- l’accélération de ces procédure d’évaluation, d’autorisation et d’enregistrement des pesticides à faible risque indépendamment des décisions de la commission.

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)