Accueil > Partenaires*Pro > Autres entités > Erreurs de méthode....

Erreurs de méthode....

mardi 22 novembre 2016 - Rédaction SNP

 Commençons par déplorer le manque d’éducation de cette collectivité qui nous connaissant bien , vole tranquillement notre nom. Nous existons depuis 2011 ( bien avant la Cavem ! ) nous sommes propriétaires de cette marque déposée par précaution à l’INPI juin 2014 (PJ). Ce nom, nous en avons fait un vrai symbole, fortement référencé sur le web, fruit d’un travail acharné de plusieurs années qui mérite plus de respect..........sous toutes réserves donc.

Au-delà quels regards portons-nous sur la démarche de la Cavem ?

A- Sur la méthode de traitement : pas d’opposition de fond mais le traitement préventif avec la stratégie 3 est présenté comme" désormais une obligation pour tout le monde". ce n’est pas exact.

* le traitement n’est obligatoire qu’en zone contaminée
* aucune stratégie n’est imposée
* les palmiers acaules ne peuvent être concernés 
Si on reste sur le plan de la méthode l’obligation de rabattage des inflorescences  qui est essentiel pour la préservation des pollinisateurs est passé sous silence. Pourtant son coût est estimé entre 100 et 300 € par palmier. Attention au risque d’actions en responsabilité des apiculteurs.

On ne peut que recommander la lecture de ce document officiel extrêmement complet et bien rédigé. .http://draaf.paca.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/CRP_-_Vademecum_collectivites_final_cle054b5a.pdf

Les performances de démarrage sont intéressantes. 2700 injections à rapprocher tout de même du potentiel 4500 il y a quelques mois, 17 000 aujourd’hui ? Mais il faut préciser, ce que ne fait pas l’article, que le tarif pratiqué représente un rabais de 72 % par rapport au tarif général. A ce niveau de prix, les performances commerciales se résument plutôt à une prise de commandes....

Il faut que la collectivité pour ses administrés autant que les autres collectivités communique sur les engagements qu’elle a pu prendre pour obtenir un tel tarif. Attention à ne pas se faire instrumentaliser. >
Le traitement bénéficie d’une AMM mais il est très récent. Une communication adaptée au risque de la mise en œuvre de la molécule semble nécessaire et un adjuvant doit en être retiré. Une traçabilité étroite de l’efficacité de cette stratégie s’impose car il faut lever les critiques émises lors de la précédente campagne d’injection. Un taux de casse estimé entre 10 et 15 % sur lequel, malgré nos demandes, la firme n’a pas communiqué.

B- Sur la démarche

 SNP ne comprend pas pourquoi l’action de la Cavem ne s’exprime pas dans le cadre institutionnel du comité de pilotage PACA auquel comme toutes les collectivités elle appartient. 
Ecrire au ministre pour lui demander quoi ? un COPIL national ? qui sera à 98 % constitué par les mêmes membres le COPIL PACA ! 
Si la lutte contre le charançon rouge pour l’instant un échec c’est aussi que ce dossier est perturbé en permanence par des initiatives qui manquent souvent de recul et d’expérience. le comité de pilotage est loin d’être parfait mais il a l’avantage de se situer au niveau régional et qu’il réunit en son sein tous les acteurs avec leurs intérêts mais aussi leurs compétences. Il faut impérativement rester dans ce cadre. 

SNP milite pour qu’il soit désormais co-animé par le président de la région PACA seule capable de tracer une politique qui s’imposera toutes les collectivités.

 

Portfolio

Derniers articles

23 février, par Rédaction SNP

Cette fascinante beauté maléfique....

Apprenons à le connaitre, il est superbe et tellement magnifique on ne lui en veut pas, mais il faut le circonvenir impérativement....

23 février, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le bio contrôle.....

Le ministère vient de publier cette note qui nous a semblé à la fois simple et claire. Il faut partir de définitions simples pour bien comprendre les enjeux.
D’emblée la notion de contrôle, d’équilibre plutôt que d’éradication (...)

21 février, par Rédaction SNP

Une proposition de loi à suivre....

En ce qui concerne nos ravageurs de palmiers, le problème lancinant est celui de l’impérieuse nécessité de faire disparaître les foyers qui ne sont plus susceptibles de traitements curatifs. On s’est souvent interrogé sur les (...)

Edito

Edito de janvier 2019

15 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Toujours dans un souci de transparence je vous livre ici synthèse de mon intervention le 11 février à la DGAL de Vaugirard à une très importante réunion de concertation sur les suites du rapport ANSES sur le CRP, accompagné de la vice-présidente de l’association.
Remarque préliminaire importante :
Nous constatons partout en zone méditerranéenne une spectaculaire recrudescence du Paysandisia (...)