Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Entretien avec Justin Whittle, entomologiste...

Entretien avec Justin Whittle, entomologiste...

mardi 18 septembre 2018 - PIETRA-TALIERCIO Colette, Rédaction SNP

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste australien (2016)
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DES FERMES DE CRP en Thailande
A travers cet interview, on découvre un type d’agriculture incroyablement dynamique en Thailande (ainsi qu’en Indonésie, Papouasie Nouvelle Guinée, Afrique du Sud..) : l’élevage intensif des CRP pour la consommation humaine.
Cette agriculture en pleine progression , comptait en 2016 une centaine de fermes en Thailande (réparties dans tout le pays) , mais l’utilisation du CRP comme « viande » pour les humains remonte à plus de 100 ans au moins….
Parmi les insectes que les humains peuvent consommer sur la planète, le CRP compte parmi les trois espèces les plus adaptées à l’élevage en raison de son incroyable capacité d’adaptation et le rendement du à sa reproduction massive. A condition de maintenir pour les larves (qui représentent la viande elle-même ) une température de type tropicale, le rendement est exceptionnel.
Par ailleurs, la nourriture de l’élevage repose principalement sur un substrat fait de restes de noix de coco une fois que la chair en a été extraite : il s’agit donc d’un produit dérivé d’une agriculture intensive et qui n’est pas consommable par l’homme ni les autres animaux domestiques : tout bénéfice, donc.
En bref, ce long interview confirme ce que nous avions perçu malheureusement : le CRP est – parmi les insectes ravageurs – l’espèce la plus invasive, la plus adaptable et la plus difficile à éradiquer ce qui la rend capable d’étendre son infestation aux 4 coins de la planète, c’est maintenant chose faite ..
Par ailleurs, il prouve qu’il est possible de contenir localement des populations de CRP, les thailandais le font sans problème : les fermes sont des mode de contrôle biologique de la prolifération des colonies de CRP.
Encore faut-il avoir un marché porteur : Si les européens pouvaient surmonter leur aversion, ils découvriraient dans la chair des larves, une viande 3 fois plus nourrissante que celle du bœuf et le CRP ne serait plus un ravageur mais une ressource prisée.

https://youtu.be/UQCVCgT4Fmk

Merci à notre administratrice Colette Pietra-Talierco d’avoir rédigé cet abstract en français pour nous permettre d’entrer dans cette vidéo tout à fait passionnante.

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)