Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Entretien avec Justin Whittle, entomologiste...

Entretien avec Justin Whittle, entomologiste...

mardi 18 septembre 2018 - PIETRA-TALIERCIO Colette, Rédaction SNP

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste australien (2016)
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DES FERMES DE CRP en Thailande
A travers cet interview, on découvre un type d’agriculture incroyablement dynamique en Thailande (ainsi qu’en Indonésie, Papouasie Nouvelle Guinée, Afrique du Sud..) : l’élevage intensif des CRP pour la consommation humaine.
Cette agriculture en pleine progression , comptait en 2016 une centaine de fermes en Thailande (réparties dans tout le pays) , mais l’utilisation du CRP comme « viande » pour les humains remonte à plus de 100 ans au moins….
Parmi les insectes que les humains peuvent consommer sur la planète, le CRP compte parmi les trois espèces les plus adaptées à l’élevage en raison de son incroyable capacité d’adaptation et le rendement du à sa reproduction massive. A condition de maintenir pour les larves (qui représentent la viande elle-même ) une température de type tropicale, le rendement est exceptionnel.
Par ailleurs, la nourriture de l’élevage repose principalement sur un substrat fait de restes de noix de coco une fois que la chair en a été extraite : il s’agit donc d’un produit dérivé d’une agriculture intensive et qui n’est pas consommable par l’homme ni les autres animaux domestiques : tout bénéfice, donc.
En bref, ce long interview confirme ce que nous avions perçu malheureusement : le CRP est – parmi les insectes ravageurs – l’espèce la plus invasive, la plus adaptable et la plus difficile à éradiquer ce qui la rend capable d’étendre son infestation aux 4 coins de la planète, c’est maintenant chose faite ..
Par ailleurs, il prouve qu’il est possible de contenir localement des populations de CRP, les thailandais le font sans problème : les fermes sont des mode de contrôle biologique de la prolifération des colonies de CRP.
Encore faut-il avoir un marché porteur : Si les européens pouvaient surmonter leur aversion, ils découvriraient dans la chair des larves, une viande 3 fois plus nourrissante que celle du bœuf et le CRP ne serait plus un ravageur mais une ressource prisée.

https://youtu.be/UQCVCgT4Fmk

Merci à notre administratrice Colette Pietra-Talierco d’avoir rédigé cet abstract en français pour nous permettre d’entrer dans cette vidéo tout à fait passionnante.

Derniers articles

20 octobre, par Rédaction SNP

La star du Bio Controle

Article sympathique mais un tantinet aguicheur. Il se trouve que nous connaissons très bien élisabeth Tabone INRA Antibes qui fait un excellent travail et auquel on a donné des moyens financiers dérisoires. À preuve, la Région (...)

19 octobre, par Rédaction SNP

Ce que d’autres régions sont capables de faire

Nous avons voulu vous parler de cet exemple de coup de pouce de la région Occitanie à ses producteurs de noisette pour des recherches conduites pour l’INRA par Rachid Hamidi concernant la protection des noisettes contre (...)

17 octobre, par Rédaction SNP

BARI c’est parti...

Le programme ( traduit) CRP / RPW Session 1.1 : Etat des lieux de l’invasion du RPW (situation mondiale) Session 1.2 : Impact environnemental et socio-économique des invasions du RPW Session 1.3 : Activités actueles et (...)

Edito

Edito de septembre 2018

14 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avions prévu de terminer ce mois de septembre par une réunion de professionnels et de collectivités pour faire un point complet réglementaire et technique sur les ravageurs de palmiers. Les gendarmes du golf hôtel à Hyères avaient accepté de nous recevoir car ils sont très investis dans la défense de leur patrimoine palmiers et ils accueillent depuis des années les formations Art. 15 de la chambre (...)