Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Entretien avec Justin Whittle, entomologiste...

Entretien avec Justin Whittle, entomologiste...

mardi 18 septembre 2018 - PIETRA-TALIERCIO Colette, Rédaction SNP

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste australien (2016)
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DES FERMES DE CRP en Thailande
A travers cet interview, on découvre un type d’agriculture incroyablement dynamique en Thailande (ainsi qu’en Indonésie, Papouasie Nouvelle Guinée, Afrique du Sud..) : l’élevage intensif des CRP pour la consommation humaine.
Cette agriculture en pleine progression , comptait en 2016 une centaine de fermes en Thailande (réparties dans tout le pays) , mais l’utilisation du CRP comme « viande » pour les humains remonte à plus de 100 ans au moins….
Parmi les insectes que les humains peuvent consommer sur la planète, le CRP compte parmi les trois espèces les plus adaptées à l’élevage en raison de son incroyable capacité d’adaptation et le rendement du à sa reproduction massive. A condition de maintenir pour les larves (qui représentent la viande elle-même ) une température de type tropicale, le rendement est exceptionnel.
Par ailleurs, la nourriture de l’élevage repose principalement sur un substrat fait de restes de noix de coco une fois que la chair en a été extraite : il s’agit donc d’un produit dérivé d’une agriculture intensive et qui n’est pas consommable par l’homme ni les autres animaux domestiques : tout bénéfice, donc.
En bref, ce long interview confirme ce que nous avions perçu malheureusement : le CRP est – parmi les insectes ravageurs – l’espèce la plus invasive, la plus adaptable et la plus difficile à éradiquer ce qui la rend capable d’étendre son infestation aux 4 coins de la planète, c’est maintenant chose faite ..
Par ailleurs, il prouve qu’il est possible de contenir localement des populations de CRP, les thailandais le font sans problème : les fermes sont des mode de contrôle biologique de la prolifération des colonies de CRP.
Encore faut-il avoir un marché porteur : Si les européens pouvaient surmonter leur aversion, ils découvriraient dans la chair des larves, une viande 3 fois plus nourrissante que celle du bœuf et le CRP ne serait plus un ravageur mais une ressource prisée.

https://youtu.be/UQCVCgT4Fmk

Merci à notre administratrice Colette Pietra-Talierco d’avoir rédigé cet abstract en français pour nous permettre d’entrer dans cette vidéo tout à fait passionnante.

Derniers articles

16 février, par Rédaction SNP

Le département 83 attentif aux palmiers

Mieux vaut tard que jamais... c’est la première fois depuis 2012 que nous recevons une marque d’intérêt du département, a l’exception du subliminal comité de pilotage CRP du Var.
Mais restons positifs, sachant que les (...)

15 février, par Rédaction SNP

Le charançon de l’Agave

Ça devient sérieux...... et signalé partout plus ou moins dans le Var. il faut à minima faire des déclarations en FREDON.
Le subito insecticide à base de pyréthrinoïdes de facto en vente libre semble assez efficace au (...)

15 février, par Rédaction SNP

BIOASSAYS, AGRINT, SNP grandes manœuvres dans le 06

Satisfaction de constater que Nice-Matin reprend dans ses grandes lignes l’article de Var Matin sur ce procédé. SNP avec l’appui de BIOASSAYS commence à former des professionnels et d’approcher des communautés d’agglomération (...)

Edito

Edito de janvier 2019

15 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Toujours dans un souci de transparence je vous livre ici synthèse de mon intervention le 11 février à la DGAL de Vaugirard à une très importante réunion de concertation sur les suites du rapport ANSES sur le CRP, accompagné de la vice-présidente de l’association.
Remarque préliminaire importante :
Nous constatons partout en zone méditerranéenne une spectaculaire recrudescence du Paysandisia (...)