Accueil > Documentation > Sciences, finances participatives, Récompenses > Engormix : le portail documentaire hispanique du monde agricole

Engormix : le portail documentaire hispanique du monde agricole

mardi 5 janvier 2016 - Rédaction SNP

Engormix fondée en 1999 par Carlos César Pavesa, a pour ambition de créer un espace Internet de documentation pour le monde agricole. Il s’est rapidement développé pour avoir désormais une version en anglais et en portugais. il s’intalle en France.

Sur le forum un débat intéressant sur Beauveria Bassiana champignon en quelque sorte générique de la lutte bio ( muscardine) et de lancinante évocation dans la lutte contre CRP/PA.

 Le contributeur, l’ingénieur agronome guatémaltèque Francisco José guilar De La Cruz écrit ceci :

05/01/2016 | Estimado Jose :
Como tu sabes, la agricultura moderna con el desarrollo en nuestro medio de monocultivos a gran escala ha provocado varios problemas, en cuanto a enfermedades y plagas resistentes y especializadas en las plantas cultivadas.
La utilización de plaguicidas de origen químico de manera excesiva y sin previa asistencia técnica, en vez de resolver el problema, ha producido fuertes daños a la productividad de la agricultura, al ser humano y a la naturaleza. Actualmente muchas instituciones están en la búsqueda de alternativas menos dañinas, aprovechando las defensas naturales de los organismos y reorganizando completamente las técnicas de cultivo tradicionales.
Por eso la estrategia a implementar en los diferentes procesos productivos, es el MIP (Manejo Integrado de Plagas), con ello se contribuye a desarrollar agricultura amigable con el ambiente ; a saber :
El Manejo Integrado de Plagas es una metodología que emplea todos los procedimientos aceptables desde el punto económico, ecológico y toxicológico para mantener las poblaciones de organismos nocivos por debajo del umbral económico, aprovechando, en la mayor medida posible, los factores naturales que limitan la propagación de dichos organismos.” De acuerdo a esta definición, el objetivo del manejo integrado de plaga es minimizar el uso de productos químicos y dar prioridad a medidas biológicas, biotécnicas y de fitomejoramiento, así como a técnicas de cultivo. Si se aplicase de esta manera, estaríamos en la mitad del camino hacia un manejo ecológico de plagas. Pero a pesar de que el medio ambiente y las medidas ecológicas ya juegan un rol importante en esta estrategia, la economía sin duda tiene prioridad.
Por otro lado y en vinculo con el MIP, esta la de usar hongos entomopatógenos, organismos de importante valor ecológico al desempeñar funciones de regulación sobre insectos, quienes debido al mal manejo de pesticidas realizado por el humano para su control se han convertido en plagas incontrolables y resistentes, convirtiendo a los hongos entomopatógenos en una opción viable para la elaboración de bioplaguicidas que permitan el control de los mismos sin contaminación y deterioro del medio ambiente ; empero no se debe abusar en el uso de estos, ya que puede afectar, a insectos benéficos como es el caso de las abejas (Api mellifera), polinizadoras por excelencia en el ecosistema.
El desarrollo de productos a base de hongos entomopatógenos debe involucrar investigación para determinar el nivel de interacción del hongo con su hospedero y con el medio ambiente, la concentración del producto y el método de formulación adecuado que permita llevar estos microorganismos a condiciones de campo para que desempeñen una función de buena capacidad reguladora de las plagas dentro del agroecosistema.
Atentamente

En traduction automatique pardon aux linguistes :

Comme vous le savez, le développement de l’agriculture moderne dans notre monoculture à grande échelle a causé plusieurs problèmes en termes de maladies et de ravageurs résistants et des cultures de plantes.
L’utilisation de pesticides chimiques excessivement, sans assistance technique, plutôt que de résoudre le problème, a produit des dommages importants à la productivité agricole, les êtres humains et la nature. Actuellement, de nombreuses institutions trouvent des alternatives moins nocives, profitant des défenses naturelles des organismes et de réorganiser complètement les techniques de culture traditionnelles.
Ainsi, la stratégie mise en œuvre dans les différents processus de production est IPM (Integrated Pest Management), ce qui contribue au développement de l’agriculture respectueuse de l’environnement ; a savoir :
Gestion intégrée des ravageurs est une méthodologie qui utilise toutes les méthodes acceptables sur le plan économique, écologique et toxicologique pour maintenir les populations d’organismes nuisibles en dessous du seuil économique, en utilisant les facteurs naturels limitant la propagation, dans la mesure du possible, de ces organismes. »
Selon cette définition, l’objectif de la gestion intégrée des ravageurs est de minimiser l’utilisation de produits chimiques et de hiérarchiser, de biotechnologie et de reproduction des mesures biologiques et techniques culturales. Si elle est appliquée de cette manière, nous serions à mi-chemin vers la gestion de la lutte antiparasitaire écologique. Mais malgré les mesures environnementales et écologiques et jouer un rôle important dans cette stratégie, l’économique a certainement priorité.
D’autre part et le lien à l’IPM, est l’utilisation champignons entomopathogènes, la valeur écologique de ces organismes est importante pour accomplir un contrôle sur les insectes, qui, en raison d’une mauvaise manipulation de pesticides apportées par l’homme sont devenus d’incontrôlables ravageurs rendant les champignons entomopathogènes comme une option viable pour le développement de biopesticides qui permettent le contrôle de celui-ci, sans pollution et dégradation de l’environnement ; Mais ne faut pas abuser de l’utilisation de ceux-ci car ils peuvent affecter pour les insectes utiles comme les abeilles (Api mellifera) pollinisateurs par excellence dans l’écosystème.
Le développement de produits basés sur champignons entomopathogènes doit impliquer des recherches pour déterminer le niveau d’interaction du champignon avec leur hôte et de l’environnement, la concentration du produit et la formulation méthode appropriée qui permet aux micro-organismes à intervenir sur le terrain pour jouer un rôle d’une bonne capacité de controle des organismes nuisibles dans les agro écosystèmes

Nous voulons relever deux choses :

* l’excellente définition du plan IPM

* l’avertissement lancé à tous les thuriféraires du Beauveria bassiana qui doit encore faire ses preuves et pour l’instant est en utilisation soutenue une menace pour des pans entiers de l’entomofaune. ce qui est proprement confondant c’est que cette problématique existe depuis plus de 10 ans.

voir aussi : http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1304

 

 

Derniers articles

16 janvier, par Jean-Marie Frizzole, Rédaction SNP

Gouvernement aux maires : attention pour utiliser des drones

https://m.nextinpact.com/news/105973-le-gouvernement-met-en-garde-maires-qui-voudraient-utiliser-drones-contre-fraude-fiscale.htm
Le député Masson n’est pas récompensé de son opiniâtreté puisque le ministre de la Cohésion des (...)

16 janvier, par Rédaction SNP

Pays des Alpes-Maritimes : Magazine hebdomadaire d’information

Ce magazine hebdomadaire très connu dans le département nous fait l’honneur d’un article sur nos rencontres de Monaco du 15 décembre conduites par Listephoenix associée aux "Fous de Palmiers" et SNP. Nous en remercions (...)

11 janvier, par Rédaction SNP

Le feuilleton niçois, nouvel épisode

La mairie de Nice ( et Nice-Matin) se rendent donc à l’évidence la ville ne respecte pas la réglementation ( voir portfolio).
Christian Estrosi peut toujours interpeller Nicolas Hulot, pourquoi ne l’a-t-il fait plus tôt ? (...)

Edito

Edito de décembre 2017

5 janvier, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Dernier édito de l’année, date limite pour commenter un événement phare de 2017 : l’important rapport de l’ANSES sur la politique conduite par la communauté d’agglomération CAVEM (Var Est) dans la lutte contre le CRP. Nous l’avons publié dès sa sortie le 8 décembre, en annonçant que nous réservions nos commentaires pour laisser aux responsables de la CAVEM le temps de faire les leurs. (...)