Accueil > Documentation > L’endothérapie & Syngenta > Endothérapeuthe = bac + 10 ??!!

Endothérapeuthe = bac + 10 ??!!

mercredi 16 mai 2012 - Rédaction SNP

...et nous tentons en urgence de faire le point avec la Chambre d’Agriculture, Bayer, le Ministère le SRAL. Pour avoir un point précis de la situation pas vraiment facile.... surtout quand on découvre une réglementation quasi titanesque ( presque 10 nouveaux décrets à la fin de 2011, no comment)
 
120 stagiaires ont reçu la formation Bayer. 40 public 80 privés

Les collectivités locales ont obtenu une dérogation pour leurs agents
qui n’avaient pas le certificat individuel de qualification Certiphyto mais le maire s’engage à faire régulariser ( pas de jalousie au moins un problème de réglé).

Constat douloureux pour les privés presque 50 d’entre eux ne sont pas pour l’instant susceptibles de signer un contrat avec Bayer qui ne pourra donc pas leur vendre les produits !!

Nous avons introduit par la présidence du Copil une demande de dispense temporaire pour les privés. Nous n’avons pas de nouvelles.
( à l’époque de sa rédaction nous pensions que les applicateurs privés concernés manquaient seulement de ce fameux certiphyto, en rentrant dans le dossier nous avons découvert que # 40 d’entre eux n’avaient pas effectué les formalités d’agrément voir plus loin)

 Les applicateurs privés doivent justifier d’avoir
 
1/ suivi le stage Bayer Endothérapie
2/ suivi le stage assainissement CRP ( circulaire de 21/07/2010)

 mais aussi car ils y étaient contraints ( peu l’ont respecté )

3 / Agrément décret 2011 - 1325 18 octobre 1011 obligation faite à des entreprises prestataires de services appliquant des produits phytosanitaires en prestation de services de faire agréer leur entreprise auprès du SRAL

4/ Justification d’une qualification individuelle
Pour les entreprises importantes ( quasi inexistante dans cette filière) la contrainte semble, jusqu’au 30 septembre 2012 supportable ( un salarié sur 10 avec le diplôme DAPA ( ancêtre du certiphyto) mais nos applicateurs sont dans leur quasi-totalité de petites SARL de deux ou trois personnes ou le plus souvent des auto entrepreneurs ( forte population d’élagueurs)
 donc pour eux certiphyto obligatoire

 D’un certain point de vue on aurait raison de s’indigner de voir fondre de telles contraintes sur nos sympathiques applicateurs généralement passionnés par leur métier alors même que conditions d’utilisation l’insecticide CONFIDOR en injection sont infiniment moins dangereuses que la pulvérisation qu’ils pratiquent habituellement depuis deux ans. un peu ubuesque.......

Mais il faut par ailleurs admettre la logique de la mise en oeuvre législative et réglementaire des décisions du Grenelle de l’environnement.

 On peut simplement dire que les rédacteurs du texte se sont peu souciés des conditions pratiques d’application leurs décisions.

 Nous allons donc proposer au COPIL , tout en poursuivant nos négociations avec des différents acteurs de constituer un groupe de travail spécifique sur le problème des applicateurs privés ( en effet de nouvelles contraintes vont entrer en vigueur comme la certification ).Nous aimerions que les représentants des branches s’investissent dans ce groupe.

 Outre les aménagements que nous avons sollicités dans notre demande de dispense temporaire, il nous semble nécessaire de reprendre la liste des 550 applicateurs agréés CRP( circulaire 07/2010) d’en extraire ceux qui sont domiciliées ou à une distance non supérieure à 10 km) de la zone d’expérimentation, de vérifier dans la base de données Agrément qui le sont effectivement, même démarche pour certphyto ou DAPA
 nous aurons la une liste opérationnelle pour leur proposer 1h 30 de formation endothérapie Bayer et l’affaire sera réglée on aurait dû sans doute commencer par là.
il semble plus logique que le ministère fasse ce tri mais Bayer nous informe qu’elle a d’excellentes bases de données aussi.

 dernière minute : une réunion est programmée avec le ministère et la chambre d’agriculture pour aider les applicateurs à se" remettre dans les rangs". c’est une très bonne nouvelle pour les conditions d’examen des demandes d’agrément à faire. il faut en parallèle ouvrir des possibilités à des formations certiphyto en juin .

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)