Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > El palmetum de Tenerife : des raisons d’y croire

El palmetum de Tenerife : des raisons d’y croire

vendredi 14 février 2014 - Rédaction SNP

Palmétum de Santa Cruz de Tenerife

Inauguration par le prince des Asturies

When the International Palm Society Board of Directors held its October 2011 meeting in the Canary Islands, a highlight was a visit to the Palmetum of Santa Cruz, Tenerife which was under development. As described by IPS Director Carlo Morici who was deeply involved in its conception and realization, “A landfill is being converted into a botanical garden in an almost magical way.”


January 28, 2014 the garden was formally inaugurated. After many years of labor sometimes interrupted by disaster and neglect, this moment represents an enormous accomplishment.

Rappelons que les Canaries ont réussi à se débarrasser du charançon rouge, ce qui leur a permis cet investissement extraordinaire. Pendant ce temps-là la France attend, attend, attend.

 

 

Derniers articles

23 février, par Rédaction SNP

Créations paysagères en Côte d’Azur

Nul doute que le palmier restera l’honneur....
Le Festival des Jardins aura lieu du samedi 27 mars au dimanche 28 avril 2021. Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes lance un concours de créations paysagères sur le thème (...)

21 février, par Rédaction SNP

Des graines de palmiers de 2000 ans

Avec l’accord de SCIENCE & AVENIR nous publions partiellement ce très intéressant article sur la découverte des chercheurs israéliens, ce qui nous donne envie d’en savoir plus (...)

Edito

Edito de janvier 2020

21 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Il faut l’admettre, nous sommes à la peine et avons énormément de difficultés à mobiliser les collectivités locales de PACA et d’Occitanie pour prendre leur destin palmier en main. En dehors de la prestigieuse exception de Cannes avec laquelle nous collaborons à préparer , pour le 30 avril 2020, un formidable colloque, nous constatons une sorte de démission collective. Mais on a pas dit notre (...)