Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > EGA plan pesticides : quésaco

EGA plan pesticides : quésaco

mercredi 24 janvier 2018 - Rédaction SNP

 Un ministre absent à la clôture des États généraux de l’alimentation et un communiqué de trois ministères, excusez du peu, annonçant pour la fin du premier trimestre 2018 la réponse à toutes vos interrogations.

Il n’en fallait pas plus pour nous laisser dubitatif, car le communiqué commun du 19 janvier est soit consternant soit trompeur. En effet comment peut-on en savoir aussi peu à quelques semaines de décisions de la plus haute importance  ?

 Pour ce qui nous concerne, constatant depuis des mois d’absence complète de propositions de solutions alternatives au dispositif de lutte contre les ravageurs de palmiers, il ne peut être question de lâcher les solutions phytosanitaires actuelles quitte à demander aux firmes propriétaires des compléments de protection ou de connaissances sur les résidus.

Portfolio

Derniers articles

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

13 mars, par Rédaction SNP

La FAO aux avant-postes

L’agence marocaine de presse MAP ECOLOGY rappelle très utilement l’importance de la lutte contre ce redoutable prédateur du palmier. Elle ne fait pas de commentaire, nous nous sommes permis d’en faire un celui de (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)