Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > EGA plan pesticides : quésaco

EGA plan pesticides : quésaco

mercredi 24 janvier 2018 - Rédaction SNP

 Un ministre absent à la clôture des États généraux de l’alimentation et un communiqué de trois ministères, excusez du peu, annonçant pour la fin du premier trimestre 2018 la réponse à toutes vos interrogations.

Il n’en fallait pas plus pour nous laisser dubitatif, car le communiqué commun du 19 janvier est soit consternant soit trompeur. En effet comment peut-on en savoir aussi peu à quelques semaines de décisions de la plus haute importance  ?

 Pour ce qui nous concerne, constatant depuis des mois d’absence complète de propositions de solutions alternatives au dispositif de lutte contre les ravageurs de palmiers, il ne peut être question de lâcher les solutions phytosanitaires actuelles quitte à demander aux firmes propriétaires des compléments de protection ou de connaissances sur les résidus.

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)