Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > Effet dissuasif sur la ponte de quatre huiles essentielles contre le CRP

Effet dissuasif sur la ponte de quatre huiles essentielles contre le CRP

jeudi 17 août 2023 - Rédaction SNP

 Face aux limites possibles de tous les moyens de lutte bio contre le CRP il convient de se tourner vers les littératures de plusieurs pays étrangers qui se montrent très convaincants dans l’utilisation d’huiles essentielles qui ont des résultats remarquables dans la baisse des populations invasives.

 Nous sommes en discussion avec l’INRAE pour trouver une coopération et déterminer un budget permettant de lancer une étude sous ce couvert. Nous serons sans doute amenés à demander aux adhérents une participation contributive comprenant la collecte d’insectes vivants nécessité de poser dans les pièges un module réservoir d’eau.

 

Effet dissuasif des huiles essentielles sur la ponte :

Toutes les huiles essentielles testées ont eu un effet répulsif significatif sur les femelles de R. ferrugineus et ont empêché la ponte par rapport aux témoins non traités. L’huile essentielle extraite de Syzygium aromaticum, suivie de Cinnamomum eucalyptusa et de Cymbopogon citratus a présenté la plus forte activité de dissuasion de l’oviposition contre les femelles de R. ferrugineus. Les effets répulsifs de diverses huiles essentielles de plantes ont été signalés sur les charançons Sitophilus granarius (L.) et Sitophilus zeamais Motschulsky (Coleoptera Dryophthoridae), (Conti et al., 2010, 2011 ; Mossi et al., 2011).
1342
Middle East J. Agric. Res. 6(4) : 1336-1345 2017 ISSN : 2077-4605
En outre, l’huile de S. aromaticum a montré un pourcentage élevé de répulsion efficace contre la ponte des espèces de moustiques (Trongtokit et al., 2005 et Phasomkusolsil & Soonwera, 2012) et Musca domestica (Soonwera, 2015). Tarkhani et al, (2017) ont démontré que l’huile de clou de girofle induit l’anesthésie et émousse le pouvoir de contraction musculaire. De même, les huiles essentielles de C. odorata et de Lippia alba ont montré des propriétés répulsives contre Tribolium castaneum (Coleoptera) (Gallardo et al., 2011).
Soonwera (2015) a ajouté que l’huile de C. odorata présentait un excellent effet dissuasif contre l’oviposition des femelles de mouches domestiques, avec une efficacité de 100 %. Selon Burdock et Carabin (2008), les constituants de l’huile essentielle extraite de C. odorata sont les phénols, l’eugénol, le méthyleugénol, l’isoeugénol, le limonène, le géraniol et le cinnamaldéhyde. Ces constituants ont la propriété d’agir comme des toxines, des dissuasions alimentaires et des dissuasions d’oviposition pour une grande variété d’insectes nuisibles (Koul et al., 2008). Selon Shapiro (2012), l’eugénol est un produit chimique naturel présent dans l’huile de S. aromaticum et il a été démontré qu’il était sans danger pour l’environnement et non toxique pour l’homme (Trongtokit et al., 2004). En outre, l’huile de S. aromaticum a été étudiée pour ses propriétés antibactériennes, antimicrobiennes et antifongiques contre les manifestations infectieuses cutanées et s’est révélée sans danger pour l’environnement (Trongtokit et al...,
2004). Les activités de S.aromaticum, C. eucalyptusa et Cy. citratus peuvent être attribuées à leur principal constituant. Dans la présente étude, le principal composé du clou de girofle, de l’eucalyptus et de la citronnelle était respectivement l’eugénol, le citronello et le géranium. Selon Kordali et al. (2005), le 1,8-cinéole est le principal constituant des huiles d’eucalyptus, l’eugénol de l’huile de clou de girofle, le carvacrol et le linalol de nombreuses espèces végétales. Les huiles essentielles de marjolaine (Origanum majorana L.) et de menthe (Mentha arvensis L.) ont considérablement découragé l’activité alimentaire de Thrips tabaci Lindeman grâce au linalol et à l’eugénol (Koschier et Sedy, 2001). L’huile essentielle de citronnelle (Cymbopogon nardus) a également été utilisée comme insectifuge. L’activité de l’huile de citronnelle a été principalement attribuée à son principal constituant monoterpénique, le citronellal (Zaridah et al., 2003).
La présente étude a montré que l’huile de citronnelle (Cymbopogon citratus) était un répulsif pour R. ferrugineus. Ces résultats sont similaires à ceux obtenus par Adhikari et al. (2002) et Sharaby et Al-Dosary (2014). Parangama et al. (2004) ont rapporté que les principaux composants de l’huile de citronnelle étaient le géranéol, l’eugénol et le 1,8-cinéol, l’effet répulsif sur le charançon S. oryzae augmentant avec la dose de l’huile.
Price et Berry (2006) ont démontré que l’eugénol déprimait les impulsions spontanées et provoquées par un stimulus dans la corde nerveuse abdominale des blattes, avec un blocage presque complet des pointes. Le géraniol avait des effets dépressifs similaires, mais augmentait les impulsions spontanées à des doses plus faibles. Le déclenchement spontané a été progressivement réduit par des concentrations croissantes d’eugénol, tandis que le géraniol et le citral ont produit des effets biphasiques.
L’huile essentielle de basilic doux s’est révélée peu efficace pour dissuader les femelles de R. ferrugineus de pondre. Ces résultats sont en accord avec ceux obtenus par Sharaby et Al-Dosary, (2014) qui ont mentionné que l’huile de basilic doux, était attractive pour les femelles de R. ferrugineus, aussi, ils sont Sharaby et Al-Dosary, (2014) ont suggéré que les matériaux attractifs peuvent être utilisés dans les pièges à appâts dans un programme de lutte intégrée, et les huiles répulsives comme un répulsif en pulvérisant sur les arias blessées des palmiers.
On peut donc conclure que les huiles de S.aromaticum, C. eucalyptusa et Cy. citratus utilisées dans cette étude ont un fort potentiel pour le développement de nouveaux produits ou de produits verts pour la gestion de R. ferrugineus.
D’autres études sont encore nécessaires sur l’application des huiles essentielles comme agents de dissuasion de la ponte en combinaison avec un système de piégeage efficace, alors que les femelles de R. ferrugineus recherchent un endroit approprié pour pondre leurs œufs afin de lutter contre ce ravageur.
Références
Abd El-Kareim, A.I. et H.M. Fathy, 2000. Bioactivité des extraits de phéromones de la mouche de la goyave, Bactrocera zonata Sunders (Tephritidae, Diptera) contre le comportement des femelles. J. Agric. Sci. de l’Université de Mansoura, 25.
Adams, R.P., 1995. Identification of essential oil component Gase chromatography / Mass Spectroscopy, Allur Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

Derniers articles

12 septembre, par Rédaction SNP

Traits d’histoire de vie du charançon rouge

Intéressant travail d’une équipe de chercheurs tunisiens.
Un de nos adhérents nous conseille la fréquentation du site suivant : ( partiellement en français)
https://www.e-econex.net/fr/diffuseurs-de-pheromone-20

6 septembre, par Rédaction SNP

Vendus comme ... safe !!

Le brillant successeur des Phoénix canariensis ...... pas de chance trois ans plus tard attaque massive de CRP ou PAYSANDISIA ??
Pour l’instant, il faut pas chercher à comprendre et intervenir immédiatement avec une (...)

Edito

Edito de juillet 2023

30 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
C’est la rentrée donc le moment des bonnes résolutions. Le 5 septembre une réunion de travail est prévue avec le CIL de Toulon Cap Brun-Petit bois . Elle préfigure celle que nous pourrions avoir à Toulon Est, dans d’autres villes du Var et au-delà.
Nous voulons agir sur 2 axes :
Des préconisations de traitement contre CRP et Paysandisia . Nous avons des protocoles qui fonctionnent qui (...)