Accueil > L’association > Les éditos > Edito mai 2017

Edito mai 2017

dimanche 4 juin 2017 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

 Ce mois de mai a été marqué par la préparation de notre conférence Paysandisia archon , coproduite avec la FDGDON 83 ( fédération départementale du groupement de défense des organismes nuisibles).

 90 personnes, une après-midi de travaux marquée par la présence de trois intervenants extérieurs, deux chercheuses de l’INRA et le spécialiste Fredon France de ce papillon, événement annoncé dans le Lien Horticole, Lettre Ecophyto-pro, INRA Grand Public, Tela botanica, En Pays Varois et par Var Matin qui nous a consacré deux pleines pages. Recommandés par de la députée Josette PONS au maire de Rocbaron Jean-Claude FELIX, nous avons eu un accès gratuit à l’amphithéâtre de son collège ultramoderne : le "Pierre Gassendi".

 Nous nous sommes repartis les tâches, les collaborateurs de la FREDON PACA s’occupant de la diffusion institutionnelle et professionnelle ainsi que d’une partie de la logistique, nous de la conception et impression des affiches flyers et invitations, des relations et du dossier Presse. 

On peut affirmer que la manifestation a été globalement réussie, en particulier par l’annonce des perspectives en matière de lutte biologique contre ce ravageur. Pour le docteur Brigitte Frérot par la mise au point d’une phéromone permettant une stratégie de capture (AAP ministère de l’écologie dans lequel SNP figure au titre de la société civile), pour le docteur Élisabeth Tabone la mise au point d’un parasitoïde oophage ( SNP dans le cadre de l’AMI du Conseil Régional PACA tente de trouver des financements).

 Au-delà, pour nous améliorer, on doit se montrer plus critique sur d’autres points :

 * Une mobilisation insuffisante : nous escomptions 150 personnes. Je crois que nous avons pas assez mobilisé les professionnels. Nous avons aussi été desservi par la tardive parution de l’article de Var Matin. FR3 ne s’est pas déplacée, sont-ils saturés par le problème du CRP ? Par ailleurs, nous ne sommes pas parvenus à impliquer les jardineries et coopératives agricoles, c’est préoccupant pour les suites de cette conférence.

Des messages pas assez concrets :  les bouleversements de la loi Labbé et de la biodiversité, les restrictions qui pèsent sur l’activité de nos jardiniers, sont perçus par eux comme un véritable coupe-gorge réglementaire d’autant qu’il n’y a pas pour l’instant quasiment aucune alternative crédible et compétitive. Il est important d’éclairer les professionnels sur toutes ces questions qui commandent leur quotidien, pour leur éviter de commettre des actes répréhensibles et en attendant mieux, tirer le meilleur parti de la réglementation existante.

 Quelles seront les suites de cette conférence ? la décision appartient aux collectivités et aux opérateurs tels que les jardineries. SNP va travailler avec les jardins botaniques à l’élaboration d’un kit grand public de présentation du papillon qui comportera de la documentation papier , des vidéos et des maquettes ( nous avons fait réaliser en trois exemplaires, à l’échelle 2 une modélisation 3D du papillon ).

 

Hervé Pietra

..............

 

 

 

Derniers articles

14 novembre, par Rédaction SNP

Piégeage : tous avec la Casa....

Nous proposons un autre type de piège chargé de la même phéromone, en même temps nous soutenons fermement la politique de piégeage de la Casa ainsi que celle de la Cavem.
Son efficacité est d’autant plus grande que des (...)

13 novembre, par Rédaction SNP

Un autre regard sur le piégeage massif

La mouche de l’olive est un grand fléau de l’oléiculture. En même temps grand consommateur de phytosanitaires autrefois du diméthoate. la pratique de piégeage massif est vite apparue comme une alternative crédible. Mais comme (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)