Accueil > L’association > Les éditos > Edito mai 2017

Edito mai 2017

dimanche 4 juin 2017 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

 Ce mois de mai a été marqué par la préparation de notre conférence Paysandisia archon , coproduite avec la FDGDON 83 ( fédération départementale du groupement de défense des organismes nuisibles).

 90 personnes, une après-midi de travaux marquée par la présence de trois intervenants extérieurs, deux chercheuses de l’INRA et le spécialiste Fredon France de ce papillon, événement annoncé dans le Lien Horticole, Lettre Ecophyto-pro, INRA Grand Public, Tela botanica, En Pays Varois et par Var Matin qui nous a consacré deux pleines pages. Recommandés par de la députée Josette PONS au maire de Rocbaron Jean-Claude FELIX, nous avons eu un accès gratuit à l’amphithéâtre de son collège ultramoderne : le "Pierre Gassendi".

 Nous nous sommes repartis les tâches, les collaborateurs de la FREDON PACA s’occupant de la diffusion institutionnelle et professionnelle ainsi que d’une partie de la logistique, nous de la conception et impression des affiches flyers et invitations, des relations et du dossier Presse. 

On peut affirmer que la manifestation a été globalement réussie, en particulier par l’annonce des perspectives en matière de lutte biologique contre ce ravageur. Pour le docteur Brigitte Frérot par la mise au point d’une phéromone permettant une stratégie de capture (AAP ministère de l’écologie dans lequel SNP figure au titre de la société civile), pour le docteur Élisabeth Tabone la mise au point d’un parasitoïde oophage ( SNP dans le cadre de l’AMI du Conseil Régional PACA tente de trouver des financements).

 Au-delà, pour nous améliorer, on doit se montrer plus critique sur d’autres points :

 * Une mobilisation insuffisante : nous escomptions 150 personnes. Je crois que nous avons pas assez mobilisé les professionnels. Nous avons aussi été desservi par la tardive parution de l’article de Var Matin. FR3 ne s’est pas déplacée, sont-ils saturés par le problème du CRP ? Par ailleurs, nous ne sommes pas parvenus à impliquer les jardineries et coopératives agricoles, c’est préoccupant pour les suites de cette conférence.

Des messages pas assez concrets :  les bouleversements de la loi Labbé et de la biodiversité, les restrictions qui pèsent sur l’activité de nos jardiniers, sont perçus par eux comme un véritable coupe-gorge réglementaire d’autant qu’il n’y a pas pour l’instant quasiment aucune alternative crédible et compétitive. Il est important d’éclairer les professionnels sur toutes ces questions qui commandent leur quotidien, pour leur éviter de commettre des actes répréhensibles et en attendant mieux, tirer le meilleur parti de la réglementation existante.

 Quelles seront les suites de cette conférence ? la décision appartient aux collectivités et aux opérateurs tels que les jardineries. SNP va travailler avec les jardins botaniques à l’élaboration d’un kit grand public de présentation du papillon qui comportera de la documentation papier , des vidéos et des maquettes ( nous avons fait réaliser en trois exemplaires, à l’échelle 2 une modélisation 3D du papillon ).

 

Hervé Pietra

..............

 

 

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)