Accueil > L’association > Les éditos > Edito , juin 2017

Edito , juin 2017

samedi 8 juillet 2017 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

 Première réflexion du mois : après le bilan globalement positif de notre conférence Paysandisia de Rocbaron, il apparaît que nous avons le devoir de conduire une campagne de communication auprès des particuliers très nombreux à posséder des chamaerops et des trachycarpus pour leur permettre de découvrir ce papillon superbe et maléfique, comprendre tous ses comportements, de manière à en faire la capture et la destruction le plus tôt possible . Mettre en place des traitements préventifs ! Lorsque la ponte est intervenue pouvoir corrompre les œufs avant leur éclosion. Enfin, apprendre les gestes curatifs.

 Nous ne sommes pas en lutte obligatoire donc il faut trouver les meilleurs traitements dans le respect de la réglementation française d’utilisation des produits phytopharmaceutiques ou biologiques. Pour que ce document ait l’autorité nécessaire il faudrait le faire rédiger par un groupe de travail dans lequel les firmes, les chercheurs spécialisés, les fous de palmiers, les jardins botaniques, les associations de propriétaires dont SNP.

 Seconde reflexion du mois : les contraintes qui pèsent sur un développement harmonieux du piégeage. Notre communiqué de presse, publié sur notre site, a été largement diffusé. Il semble avoir atteint son but puisque la DRAAF PACA nous convie à une réunion de travail dans quelques jours sur le sujet.

 Troisième réflexion du mois : la DGAL a demandé à l’ANSES une évaluation de l’expérimentation sur une communauté de communes de la stratégie 3 Endothérapie Revive. SNP a été auditionnée pour donner son avis extérieur. L’Avis de l’ANSES attendu pour l’automne prendra certainement en considération les conclusions de l’expérimentation dite de Perpignan conduite par le ministère, démarrée en 2013, étude ambitieuse puisqu’elle a mobilisé plus de 200 000 € d’argent public.

 Dernière réflexion du mois : alors que la FAO au nom de 60 pays se lance dans l’élaboration d’un plan de lutte contre le CRP/RPW à échelle mondiale, qu’elle ouvre un sub regional office dédié au RPW à Abu Dhabi * avec de gros moyens financiers, nous apprenons de source sure que la CE est sur le point de renoncer à la lutte obligatoire en Europe au motif que CRP n’a pu ni être éradiqué ni endigué. Totalement excessif et désastreux signal aux populations et à la recherche. Que va faire l’administration française ?

 

Hervé Pietra

*https://trendsmena.com/global/uae-adopting-policies-aimed-sustainable-food-production-sector

 

Derniers articles

16 septembre, par Rédaction SNP

La chienlit......!!!

Cette dépêche de l’AFP, reprise en boucle par nombreux supports locaux ou nationaux décrit succinctement la grande confusion qui règne dans l’organisation de cette lutte contre le charançon rouge.
Tous les maires concernés (...)

13 septembre, par Rédaction SNP

Le charançon du bout du monde…

DescriptionPenrhyn est le nom de l’atoll le plus septentrional de l’archipel des îles Cook. Appelé également Tongareva ou Mangarongaro, il est situé à environ 1 200 kilomètres au nord-est de Rarotonga. Il s’agit d’un atoll dont le (...)

12 septembre, par Rédaction SNP

Cannes : début de lutte intégrée contre CRP

Nous saluons ce début de communication très prometteur en espérant que les autres collectivités viendront rapidement y trouver l’inspiration. Il apparaît d’ores et déjà évident que la ville de Cannes sera une des premières à (...)

Edito

Edito de juillet 2019

25 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Si les palmiers sains résistent plus que tous les autres végétaux à la canicule. Proverbe arabe : il "pousse le pied dans l’eau et la tête au soleil" ceux qui sont infectés par les pontes de charançons rouges et de Paysandisia sont pourtant en danger létal.
Les toulonnais apprécieront, le ministère par son nouvel arrêté de lutte contre le CRP 25 juin 2019, a réalisé un remarquable coup de pied (...)