Accueil > L’association > Les éditos > Edito janvier 2017

Edito janvier 2017

samedi 11 février 2017 - PIETRA Hervé

Chers amis et passionnés du palmier,

Le 24 novembre dernier, nous nous rendons avec enthousiasme auprès du Conseil Régional PACA qui commençe ses auditions de préparation d’un plan régional de lutte intégrée IPM contre le CRP, conformément aux orientations des Assises Régionales de l’Environnement tenues le 9 novembre à la villa Méditerranée à Marseille.

Plusieurs échanges et rencontres depuis, qui nous ont permis de préciser verbalement et par écrit nos propositions. À ce jour, nous ne sommes pas capables de vous dire à quel degré, ce plan portera l’empreinte de notre travail et de nos convictions. Nous avons tellement blanchi sous le harnais de ce dossier depuis cinq ans que nous ne pouvons écarter aucune hypothèse. Pour nous, ce plan de la dernière chance ne sera qu’un ultime coup pour rien s’il ne comporte pas les mesures suivantes.

* Constat de l’inopérance des traitements aux nématodes.

* Affirmation de la prééminence actuelle de la stratégie 3 endothérapie Syngenta sous réserve d’une excellente traçabilité avec un objectif régional annuel de 50 000 traitements minimum.

* Généralisation par Syngenta du tarif à 72 € TTC de ce traitement pour les palmiers publics ou privés sans condition. 

* Introduction d’une stratégie complémentaire dite 4 impliquant le piégeage d’un nombre significatif de ravageurs comme cela se pratique à trés largement à l’étranger et plus particulièrement en France dans l’arboriculture fruitière.

* Trés forte impulsion donnée à la Recherche ( écologie chimique, auxiliaires, substances naturelles, médiateurs chimiques, méthodes physiques et mécaniques ....) par des aides publiques et la mobilisation d’aides privées défiscalisées pour la mise sur le marché de solutions alternatives non phytosanitaires, en moins de 10 ans. En attendant expérimentation à grande échelle mais sur 10 à 15 % max du patrimoine public d’une stratégie de champignons entomopathogénes, très très étroite traçabilité.

* Approbation pour l’administration centrale DGAL /ANSES de toutes les composantes de ce plan et assistance spéciale de la DRAAF, de la FREDON du comité de pilotage CRP, du CROPSAV .

Souhaitons nous tous, bonne chance. Malgré tout , SNP garde l’optimisme chevillé au stipe comme en témoigne notre présence fin mars à Rome (FAO) à une conférence internationale sur le CRP et notre projet de colloque à Monaco en décembre ....donc partout dans le monde où le problème des ravageurs de palmiers reste une menace considérable à l’échelle géopolitique , pour l’homme et son environnement .

Hervé Pietra

Président

Derniers articles

23 novembre, par Rédaction SNP

La colère des pétitionnaires...... niçois

Ils sont furieux les niçois pieds-noirs et les autres, amoureux du palmier des deux côtés de la Méditerranée, ils ne comprennent plus que sous couvert d’une politique écologiste basique leurs palmiers patrimoine centenaires (...)

19 novembre, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le push and pull ?

Intéressante communication de cette organisation internationale et de son programme ICIPE de maîtrise biologique d’un ravageur apparemment extrêmement redoutable à l’échelle du continent africain. Pourquoi de telles technologies (...)

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)