Accueil > L’association > Les éditos > Edito de septembre 2019

Edito de septembre 2019

vendredi 18 octobre 2019 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

L’encre de l’arrêté pourtant très bref, du 25 juin 2019 n’est pas encore sèche et nous entendons ses détracteurs le vouer aux gémonies au motif qu’il renonce à la lutte obligatoire dans les régions plus exposées pour l’instant, Corse, Paca, Occitanie.

 Mais gardons-nous de toute hypocrisie, si la lutte obligatoire n’a pas atteint son objectif dans les régions les plus exposées c’est bien sûr la responsabilité de l’État qui n’a pas fait appliquer strictement la réglementation mais franchement le pouvait-il avec les moyens dont il dispose, pour un problème de cette envergure (#3-400 000 palmiers mitant le paysage) ? La vraie responsabilité est celle des collectivités locales qui se sont totalement dispersées sur le sujet.

- pas de comportement uniforme pour l’éradication de foyers , la gestion des déchets et le suivi de la mise en application des traitements préventifs dans les périmètres de sécurité. De très grands écarts de performance entre les collectivités . L’État a failli en n’exigeant pas au minimum un contrôle de qualité.

- stratégies de lutte diamétralement opposées autour du clivage extrêmement sommaire Bio/Phyto. Ce conflit a été exacerbé par la politique commerciale d’une multinationale qui, voulant imposer une lutte collective sur la base de son produit, a décidé de le proposer quasiment à prix de revient ( baisse tarifaire de plus de 60 % ) à condition que les collectivités renoncent à tout autre moyen de lutte.

 Les groupements de collectivités, communautés d’agglomération de communes, départements, régions n’ont pas su se débarrasser de ces pressions pas plus que celles des lobbys écologistes qui, ne voulons pas admettre que l’alternative biologique , n’existait pas encore, ont préféré sacrifier le patrimoine palmiers.

 L’ arrêté du 25 juillet a au moins le mérite de remettre la balle au centre. Aux collectivités de s’administrer par la proposition de plans de lutte aux standards internationaux (Integarated Pest Management) à soumettre d’urgence à l’approbation du CROPSAV* de chaque région ( * Conseil régional d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale ). les FREDON sont là pour les y aider.

 A défaut la sanction est sévère pour les maires oublieux. Reconnaître devant leurs administrés qu’ils considèrent la prévention comme inutile et qu’ainsi ils acceptent la disparition des palmiers du paysage urbain.

 Heureusement, les services régionaux de l’alimentation SRAL et les FREDON vont lancer des réunions de travail avec les collectivités locales. Nous espérons qu’elles auront un grand succès.

 

Hervé Pietra

Pdt de SNP

Derniers articles

14 novembre, par Rédaction SNP

Le Lien Horticole toujours présent...

http://www.lienhorticole.fr/actualites/palmiers-la-cote-dazur-poursuit-son-travail-pour-les-sauver-1,10,3333370349.html
Ils seront suivis par PHYTOMA, RUSTICA et, nous l’espérons, bien (...)

10 novembre, par Rédaction SNP

VEGEPHYL lettre N° 281

La manifestation 12ème CIRAA et Journée thématique Des ravageurs et des hommes 27 au 29 octobre 2020 à Montpellier attire tout de suite l’attention.

Edito

Edito de septembre 2019

18 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
L’encre de l’arrêté pourtant très bref, du 25 juin 2019 n’est pas encore sèche et nous entendons ses détracteurs le vouer aux gémonies au motif qu’il renonce à la lutte obligatoire dans les régions plus exposées pour l’instant, Corse, Paca, Occitanie.
Mais gardons-nous de toute hypocrisie, si la lutte obligatoire n’a pas atteint son objectif dans les régions les plus exposées c’est bien sûr la (...)