Accueil > L’association > Les éditos > Edito de mars 2019

Edito de mars 2019

samedi 20 avril 2019 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

 Nous connaissons maintenant le calendrier. Le projet de nouvel arrêté de lutte sera présenté au CNOPSAV du 16 mai. S’il est approuvé, on peut espérer une publication du texte dans les premiers jours de juin.

Au-delà du compte rendu de la réunion de concertation DGAL du 11 février dont nous n’avons publié quelques extraits, il est difficile d’anticiper le contenu du futur arrêté.

On peut cependant avancer comme probable quelques orientations :

* La lutte obligatoire qui ne concerne déjà pas le paysandisia, va être de facto abandonnée. Elle subsistera pour les zones non méditerranéennes qui représentent une toute petite partie du peuplement et pour le reste du territoire, elle deviendra une lutte facultative. On est curieux des artifices réglementaires à trouver qui permettront de maintenir en secteur JEVI l’utilisation du REVIVE phytosanitaire avéré.

* Dans l’esprit des recommandations de l’ANSES un piégeage massif du CRP ( un exemple la ville de TANGER 1200 pièges ) devra être rapidement mis en place dans toute la région SUD PACA. La DGAl s’est montrée rassurante sur la levée des obstacles réglementaires à ce type de piegeage. Par contre à deux exceptions près CASA , CAVEM il semble bien que les collectivités locales et même la Région ne se sont pas encore penchées sérieusement sur la question, car il s’agirait là d’un plan de grande ampleur de l’ordre de 15 à 20 000 pièges.

* L’utilisation du champignon entomopathogène Beauveria Bassiana fait consensus. Encore faut-il que l’administration aide les donneurs d’ordres à choisir entre les deux souches présentes sur le marché. Il faut donc de toute urgence organiser des tests comparatifs sur le terrain financé par les firmes impliquées. Selon l’information, elles auraient accepté ce challenge......

* L’administration continuera d’encourager la lutte collective sans pour autant y contraindre les collectivités locales. SNP y est aussi favorable à condition, qu’elle ne se fasse pas au bénéfice d’un monopole.

Il ne faut pas se raconter d’histoire, la disparition du Confidor, l’apparition au delà de 3-4 des limites de l’endotherapie (AMM de 2014), la méconnaissance de l’efficacité des traitements au Beauveria Bassiana, leurs prix constituent de terribles contraintes . Si des campagnes de piégeage massif ne viennent pas contenir les vagues d’infestation tout le patrimoine encore debout y passera.

Gageons que nous pourrons avant le 30 juin tenir à Toulon une grande journée de travail française et internationale sur nos fameux ravageurs de palmiers.

H PIETRA

Derniers articles

23 février, par Rédaction SNP

Créations paysagères en Côte d’Azur

Nul doute que le palmier restera l’honneur....
Le Festival des Jardins aura lieu du samedi 27 mars au dimanche 28 avril 2021. Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes lance un concours de créations paysagères sur le thème (...)

21 février, par Rédaction SNP

Des graines de palmiers de 2000 ans

Avec l’accord de SCIENCE & AVENIR nous publions partiellement ce très intéressant article sur la découverte des chercheurs israéliens, ce qui nous donne envie d’en savoir plus (...)

Edito

Edito de janvier 2020

21 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Il faut l’admettre, nous sommes à la peine et avons énormément de difficultés à mobiliser les collectivités locales de PACA et d’Occitanie pour prendre leur destin palmier en main. En dehors de la prestigieuse exception de Cannes avec laquelle nous collaborons à préparer , pour le 30 avril 2020, un formidable colloque, nous constatons une sorte de démission collective. Mais on a pas dit notre (...)