Accueil > L’association > Les éditos > Edito de juin 15

Edito de juin 15

dimanche 28 juin 2015 - Rédaction SNP


Chers amis et passionnés du palmier,

Cet édito est l’occasion pour moi de faire le point sur une polémique qui sévit dans notre dossier depuis plusieurs mois et qui vient de s’exprimer publiquement par une conférence tenue par Michel Ferry le 26 dernier à l’espace 3000 à Hyères. Son point de vue est exposé dans un document de l’association "Fous de Palmiers" qui apporte son soutien total et massif à la démarche de Michel Ferry (PJ). En bref, il s’agit d’une remise en cause radicale des conditions d’application de la stratégie 3 de l’arrêté de lutte contre le CRP par une division par 10 des prix pratiqués, par une mise à disposition du produit à tous les applicateurs agréés "palmiers" et par l’application généralisée de cette stratégie à tous les propriétaires.

 Cette contestation ne fait pas consensus. Pour preuve la position de la mairie d’Hyères qui n’a pas souhaité s’associer officiellement à cette manifestation dans laquelle le député-maire Jean-Pierre Giran est venu très brièvement indiquer qu’il avait traité avec la firme à des conditions négociées en fonction du volume et qui n’ont rien à voir avec les exigences de Michel Ferry et de son collectif.

 Même prudence, de la part des organisations et institutions impliquées dans ce dossier et qui n’étaient pas présentes ( le SRAL ( ministère) les Fredon, L’Uniphor- coordination rurale, et nous mêmes ).

 Mon opinion partagée par le bureau SNP est de considérer cette contestation comme contre-productive. D’abord parce qu’elle n’a aucune chance d’aboutir, selon notre analyse, elle n’a pas le soutien des pouvoirs publics et elle s’attaque à une firme SYNGENTA qui est une multinationale de la protection des végétaux et des cultures. Ensuite parce que même s’il existait une autre firme disposée à faire des investissements colossaux sur ce marché de niche, pour venir en concurrence avec SYNGENTA il faudrait des années dans les conditions de délivrance des AMM pour obtenir une vraie concurrence. Enfin, car ayant milité plus qu’activement depuis 2011 pour cette stratégie nous sommes logiques à promouvoir sans conflits d’intérêts son développement ce qui implique de ne pas être en délicatesse avec la firme.

Nous ne contestons pas avoir été désagréablement surpris par la politique de prix de SYNGENTA théoriquement fondée sur une analyse du coût des stratégies concurrentes. Nous avons pu par deux fois obtenir une réduction tarifaire. En observant, les conditions pratiquées dans les marchés de collectivités locales, il n’est pas impossible de penser qu’en vitesse de croisière les prix pourraient atteindre autour de 125 € TTC l’application. Dans une situation ou une firme de cette taille, dispose d’un monopole, cela semble raisonnable pour un traitement qui représentera entre 0,5 et 1 % annuel de la valeur du végétal protégé.

SYNGENTA a fait paraître un communiqué (PJ) . Elle revendique la totale paternité de la molécule dans cette formulation et de son application par micro-injection palmier ce qui réduit singulièrement la contribution de l’INRA reconnue marginalement pour un produit assez confidentiel à efficacité discutée : le biopalm. Elle a sans doute fait plus mais encore aurait-il fallu protéger ses découvertes et publier davantage. Cette situation n’a pas échappé au ministère dont le référent national ZNA a pu trouver des financements pour lancer janvier 2013 une étude de la technique d’injection et ses conséquences dans la lutte contre le Charançon rouge.

 La firme reconnaît avoir confié des travaux scientifiques à la station Phoenix dirigée par Michel Ferry travaux qui, avec d’autres , ont contribué à la délivrance de l’AMM du REVIVE,  ni plus ni moins. Il faut reconnaître que nous sommes assez loin de l’image véhiculée d’une multinationale se servant abusivement de fonds publics.....

 Cet échange de balles entre les deux protagonistes a donc eu le mérite de clarifier certains points mais je reste sur un mode critique en qualifiant cette polémique de perte de temps.

 

Hervé Pietra

Derniers articles

16 août, par Rédaction SNP

Eric Chapin conseil...

En cette période estivale, les bioagresseurs ne font pas de pause. Notre expert en protection des plantes, Éric Chapin, synthétise quelques observations sur l’état des plantations et recommandations de surveillance.
En été, (...)

15 août, par Rédaction SNP

R&D la France à la traîne...

un classement qui explique beaucoup de choses...
S’il existe un autre classement en Recherche fondamentale il est plus que probable que nous serions mieux placés. Ceci explique cela et donc nos pauvres palmiers (...)

13 août, par Rédaction SNP

La Stratégie Phoemyc

Avec quelque retard, vacances obligent, voici donc une documentation sur ce nouveau produit * qui présente des caractéristiques extrêmement intéressantes en terme de cout et d’efficacité. On est guère surpris de l’accueil d’ores (...)

Edito

Edito de juillet 2018

10 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des (...)