Accueil > L’association > Les éditos > Edito de juillet 2018

Edito de juillet 2018

vendredi 10 août 2018 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des produits de bio controle et être dans l’attente prochaine d’une AMM concernant un produit à base de champignons entomopathogènes * on a compris le Beauveria Bassiana. Quatre ans de non-respect de la réglementation plus tard, une ou plusieurs plaintes contre X ont été déposées par des riverains du Parc Vigier consternés par une hécatombe à laquelle la ville déclare qu’elle n’en peut mais.

Selon nos informations ces plaintes au procureur de la république ont été reçues et une enquête préliminaire est en cours....

 Beaucoup, beaucoup plus grave, comme nous l’avons récemment relaté, notre requête auprès de la DGAL d’une dérogation 120 jours concernant les produits à base d’imidaclopride a été, sans aucun commentaire, rejetée par lettre conjointe des ministères de l’Agriculture, de l’Ècologie, de la Santé.

 Au-delà de la satisfaction de s’être bien battu, SNP considère que cette décision est purement idéologique car elle fait fi du mécanisme d’adaptation prévue dans la loi biodiversité en n’étant qu’un aveu d’échec patent des plans Eco-phyto qui n’arrivent pas à stopper la progression d’utilisation des produits phytosanitaires.

 Avec les agriculteurs, les producteurs de végétaux, nous sommes aveuglements pénalisés parce que recherche publique et privée ont été dans l’incapacité de proposer des solutions alternatives efficaces. Le moins que l’on puisse dire est que malgré la doxa, la puissance publique s’est en réalité désintéressée du problème.

 Deux chiffres qui font mal : le ministère de la santé vient de débloquer 30 millions d’euros pour trouver des alternatives aux phytosanitaires. Il faut 4 à 5 ans minimum pour sortir une AMM , le budget du ministère de la santé : 9 milliards d’euros ! L’INRA dans une communication récente reconnaît que 60 de ses chercheurs sur 1849 se consacrent à la recherche sur le Biocontrôle.

 Au 1er septembre, 2 stratégies préventives sur 3 iront à la casse. un boulevard pour la firme multinationale Syngenta propriétaire de la stratégie 3 qui, pour asseoir son monopole s’est permis diviser par 3 son tarif pour les communes qui acceptent le recours exclusif à son produit. Cette situation a tout de même été sévèrement critiquée par l’ANSES dans un rapport de 2017 ce qui apparemment n’a pas servi de leçon !

 Aurons-nous une stratégie 4 : 100 % bio qui mettrait tout le monde d’accord ? 2 produits bénéficient d’une AMM pour des souches de BB, ce qui est un progrès, mais n’avons aucun recul sur ces produits qui de toutes façons nécessiteront des stratégies de complément qui théoriquement ne peuvent être que phytosanitaires.

 Quadrature du cercle ? à SNP nous ne sommes pas loin de le penser....

Hervé Pietra

Pdt de SNP

* obtenue quatre ans plus tard, le 09/03/2018

Derniers articles

21 juin, par Rédaction SNP

Le Beauveria Bassiana..... une trés vieille affaire

Vous avez bien lu ........ une préconisation d’une société savante en 1906 !!! ça fait un peu sourire quand au le 19-20 de FR3 vous présente un nouveau traitement révolutionnaire. Cette fameuse muscardine corrompt les larves ou (...)

20 juin, par Rédaction SNP

Le communiqué de presse M2 ILS

M2 I LS publie un communiqué de presse de victoire ils ont 100 fois raison..... le ministère a parfaitement compris qu’il fallait trouver quelques accommodements provisoires avec la réglementation pour autoriser les (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)