Accueil > L’association > Les éditos > Edito de décembre 2017

Edito de décembre 2017

vendredi 5 janvier 2018 - Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,

Dernier édito de l’année, date limite pour commenter un événement phare de 2017 : l’important rapport de l’ANSES sur la politique conduite par la communauté d’agglomération CAVEM (Var Est) dans la lutte contre le CRP. Nous l’avons publié dès sa sortie le 8 décembre, en annonçant que nous réservions nos commentaires pour laisser aux responsables de la CAVEM le temps de faire les leurs.

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/rapport-anses-sur-l-action-collective-cavem.html

 Après consultation des sites de la CAVEM, et de ses organisations de soutien PROPALM 83, CMSP, nous ne trouvons ni le rapport ni aucun commentaire. Lors des Rencontres de Monaco (Listephoenix, Fous de Palmiers, SNP) du 15 décembre nous n’avons pas pu recueillir les points de vue des représentants de la CAVEM et/ou de FREDON PACA mais le sujet a été forcément abordé par d’autres participants.

Nous venons d’apprendre que se tiendra le 31 janvier à Antibes une réunion organisée par CMSP avec la présence d’ARECAP (FREDON et SRAL Paca sont aussi annoncés) ce qui sera, à n’en pas douter, l’occasion pour la CAVEM de donner son sentiment sur le rapport qu’elle a sollicité et d’indiquer les mesures correctrices à mettre en œuvre dès la prochaine campagne pour respecter les recommandations de l’ANSES.

 En attendant je voudrais pour SNP, faire les observations suivantes :

 La mission ANSES a été demandée à la DGAL par la CAVEM à l’occasion d’un déplacement avec la FREDON PACA. L’objectif était de faire valider une organisation de lutte dite collective par application exclusive de la stratégie 3 ( injection Revive). On peut penser que cela aurait pu constituer le support de plans dits PCV au niveau régional.

 Le rapport fait une synthèse dont nous extrayons les éléments suivants :

Extrait de . ANALYSE ET CONCLUSIONS DU CES ET DU GT ANSES

La Cavem appuyée par Fredon Paca a mis en place des moyens techniques et humains importants.
Certaines conclusions tirées demandent être corrigées et/ou nuancées dans la mesure le processus d’acquisition et d’analyse des données n’a pas à l’origine été conçu pour mesurer l’efficacité des actions engagées. Des incertitudes subsistent quant à la fiabilité de certaines données. Les résultats obtenus ne démontrent pas l’« efficacité préventive » du chantier groupé de traitement et il serait erroné d’affirmer, comme aurait tendance à le faire CAVEM, que le traitement a une « efficacité préventive » de 95% ou 97%. Elle met en évidence que le dispositif ne permet pas d’estimer de façon fiable l’efficacité du chantier groupé de traitement, d’une part à cause de l’absence de dispositif expérimental sensu stricto et d’autre part parce que le recul temporel est trop faible (3-6 mois).
Si l’opération ARECAP a réussi à fédérer des entités publiques et privées et à obtenir un tarif préférentiel accordé à la CAVEM par Syngenta il illustre toutefois une relation monopolistique entre CAVEM/particuliers d’une part et Syngenta/entreprises applicatrices d’autre part (posant question quant à l’éventuelle extension de la campagne groupée de traitement dans le temps et dans l’espace, aux niveaux régional et national).

Tout en restant très pro-actif, ARECAP gagnerait à adopter un discours plus technique centré sur l’intérêt de faire diagnostiquer systématiquement les palmiers et appliquer les mesures qui s’imposent du point de vue règlementaire, la possibilité de bénéficier d’une protection chimique à coût avantageux lorsque les palmiers paraissent sains, dans le cas contraire, la préconisation d’autres actions que l’injection de benzoate d’émamectine….. le succès d’une injection massive des palmiers patrimoniaux est strictement dépendant des autres actions qui seront menées en même temps sur tous les autres palmiers, jeunes ou infestés. 

Le protocole règlementaire relatif à l’injection de benzoate d’émamectine implique la castration du palmier injecté pour réduire le risque pour les insectes pollinisateurs (dont les abeilles) à un niveau acceptable. L’applicateur fait signer une décharge au propriétaire du palmier qui s’engage à faire réaliser la castration, lequel ne le fait généralement pas. Cette situation constitue un défaut patent d’ARECAP . La règlementation n’est donc actuellement pas appliquée. Nous faisons par ailleurs état d’un déficit majeur de données susceptibles d’étayer l’absence ou la présence (et la quantité, le cas échéant) de benzoate d’émamectine dans les inflorescences de palmier, en particulier de palmier des Canaries. Il apparait nécessaire et urgent, dans la perspective d’une généralisation des campagnes de traitement groupé, de réaliser ce type d’études scientifiques. En l’absence de telles données, la castration des palmiers injectés doit être réalisée conformément à la règlementation actuelle.

 En résumé :

- Il ne fallait pas faire l’impasse sur le rabattage des inflorescences.

- L’outil de suivi scientifique de l’expérimentation n’était pas suffisant.

- Toute situation de monopole est vite ingérable (le rapport a bien visé notre contribution sur ce point).

- La collectivité a préféré un plan collectif de lutte, en lieu et place d’un plan de lutte intégrée (IPM).

Qu’ il me soit enfin permis de rappeler qu’en février SNP avait obtenu d’être reçu au plus haut niveau à DGAL. Un ami commun, nous a persuadé de faire ce déplacement commun avec la CAVEM. Nous avons réussi, en faisant l’effort de nous déplacer à St Raphaël de nous mettre d’accord sur une plate-forme commune. Las, la CAVEM a préféré jouer cavalier seul...... dommage.

Hervé Pietra

 

Derniers articles

14 juin, par Rédaction SNP

Le CRP s’attaque aux rapports législatifs.....!!

http://www.assemblee-nationale.fr/15/rapports/r1055-a5.asp
dont.....
« L’action 1 Prévention et gestion des risques inhérents à la production végétale,
Cette action, dotée de 25,4 millions d’euros, a consommé 27,3 millions (...)

12 juin, par Rédaction SNP

Struggle for life, merci de le dire....

Les Cahiers du Fleurissement sont le seul magazine professionnel qui présente des conseils pratiques, simples et concrets en matière d’aménagement du cadre de vie et de fleurissement.
Merci à Martine MEUNIER Directeur des (...)

12 juin, par Rédaction SNP

Porquerolles Miramar saison 2 !

PALMIERS EN DANGER. UN PARTENARIAT "PARC NATIONAL-MÉCÈNES PRIVÉS" POUR LES SAUVER.
( gazette mensuelle de Porquerolles)
L’urgence était là de sauver la palmeraie du bassin du Miramar car le Parc avait déjà abattu 8 sujets (...)

Edito

Edito de mai 2018

5 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans conteste, ce mois a été dominé par la lettre reçue du secrétaire d’État auprès du premier ministre Christophe CASTANER. Nous avions réussi à l’approcher car aux élections régionales de 95 interrogé par SNP il avait manifesté un intérêt personnel pour la sauvegarde des palmiers. Nous ne l’avions pas oublié et lui non plus.
Par ce courrier reconnaissant à votre association le rôle d’un sachant à (...)