Accueil > L’association > Les éditos > Edito d’octobre 15

Edito d’octobre 15

vendredi 30 octobre 2015 - Rédaction SNP


Chers amis et passionnés du palmier,

Dans mon édito du mois de juin http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1200, j’ai abordé pour la première fois le sujet délicat d’approches stratégiques différentes par notre association et d’autres partageant le même but.

Pour nous, tout en trouvant cela inapproprié, rien d’extraordinaire et que le meilleur gagne..... pour d’autres s’en réclamant, au contraire, un vrai casus belli les conduisant à des manœuvres pas très catholiques pour contester la politique arrêtée par notre conseil d’administration. Nous y répondrons le moment venu en évitant de perdre de vue les grands objectifs qui sont les nôtres.

Je clôturerai ce court billet par le mot de Clémenceau qui s’occupait à l’époque d’autres ravageurs "la guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires" CQFD.

Hervé Pietra

 

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)