Accueil > Revue De Presse > dur dur la lutte contre le CRP....

dur dur la lutte contre le CRP....

mardi 1er mars 2016 - Rédaction SNP

Var matin édition du 29 février édition de Fréjus.(*)

l’article débute curieusement en parlant d’un nouveau produit : c’est inexact. En effet le REVIVE a été introduit dans la réglementation française par un arrêté du 25 mars 2014 ( la stratégie numéro 3 de lutte contre le CRP). La CAVEM est présentée comme une collectivité territoriale pilote d’une expérimentation nouvelle. Alors que la firme Syngenta est sur le marché depuis bientôt deux ans avec un réseau d’une vingtaine d’applicateurs. Elle a traité depuis le début près de 8000 palmiers dont # 30 % représentés par palmiers publics répartis sur 20 villes. Hyéres par exemple en a traité 400. Donc désolé pour les représentants de la Cavem mais ils ne sont pas des précurseurs. L’article affirme que la région PACA scrute avec impatience, les résultats de cette expérimentation. Pour s’assurer sans doute qu’elle échouera, le nouveau président de région ne cachant pas, pour d’obscures raisons, son hostilité à cette violence faite au stipe !!

Il y a ce que cet article dit, et surtout ce qu’il ne dit pas. La politique de prix : des négociations seraient en cours. Il est de notoriété publique qu’il y a actuellement un rapport de 1 à 10 entre l’objectif prix des donneurs d’ordre et le prix catalogue Syngenta . Comment solutionner cette quadrature ? il faudrait travailler en régie, laquelle ? la Cavem serait bien la première collectivité qui s’engagerait dans une prestation privée au profit d’une multinationale. Pour tirer les prix à ce niveau-là il faut aussi garantir des volumes considérables est-ce réaliste ? obtenir des réservations fermes sur plusieurs milliers de palmiers appartenant à plusieurs centaines de propriétaires ayant chacun leur opinion sur le bon vieux mauvais débat bio-phyto ? et les propriétaires négligents et/ou impécunieux ? c’est un travail titanesque et n’oublions pas qu’on ne parvient même plus à faire vacciner les humains ! 

Last but not least : l’apparition dans les retours d’expérience que nous ne sommes plus dans le "mode sans échec" avec 99% de réussite. Dans le domaine du treecare sur des sujets d’ornement c’est pourtant le but. Le journaliste prudent sur l’efficacité fait parler le consultant de la Cavem . A SNP nous attendons de la recherche-développement de la firme qu’elle relise sa copie et fasse toute clarté entre les interactions préventif - curatif. D’autant que nous ne disposons d’aucun outil permettant de connaître le degré d’infestation d’un palmier. Toute la signalétique visuelle antérieure semble dépassée. Pour conclure citons l’ANSES dans son avis du 29 janvier 2014 ( avant délivrance de l’AMM) "En conséquence, il conviendra de fournir de nouveaux essais d’efficacité, incluant des suivis à long terme de palmiers infestés, pour confirmer l’efficacité pratique de la préparation REVIVE, et pour préciser les modalités d’application les plus efficaces. Il conviendra de fournir ces essais en post autorisation, dans un délai de 4 ans". CQFD

 dur dur la lutte contre le CRP.....

(*) nous commentons ici le contenu d’un article de presse et pas la position officielle de la collectivité territoriale.

Portfolio

Derniers articles

25 mai, par Rédaction SNP

Beauveria bassiana souche NPP111B005 : avis sur l’AMM

lien : http://www.sauvonsnospalmiers.fr/le-beauveria-ca-se-precise.html
L’avis de l’ANSES et l’AMM délivrée pour la préparation Ary-0711b-01 à base de la souche de microorganisme Beauveria bassiana souche NPP111B005, de la (...)

22 mai, par Rédaction SNP

Newsletter n°14

Nous évoquons très volontiers nos excellentes relations avec cette association société savante du monde palmophile. Notre mission est par nature beaucoup plus militante au service de tous les propriétaires de palmiers même (...)

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)